Voici de quoi aurait l'air le TSX sans banques ni pétrole

Publié le 13/02/2019 à 06:25

Voici de quoi aurait l'air le TSX sans banques ni pétrole

Publié le 13/02/2019 à 06:25

Par Stéphane Rolland

La Bourse canadienne a bien plus à offrir que les banques et les pétrolières, souligne Brian Belski, stratège en chef de BMO Marchés des capitaux. Pourtant, bien des investisseurs l’oublient, déplore-t-il.


«Oui, vous pouvez faire de l’argent avec des actions canadiennes hors des secteurs de l’énergie, des matériaux et des financières, commente le stratège dans une note publiée récemment. Quand les investisseurs pensent au Canada, ils bâtissent leur portefeuille autour des trois secteurs principaux. Par contre, il y a plusieurs bonnes compagnies qui sont éclipsées par ses trois secteurs.» 


Ensemble, les financières, l’énergie et les matériaux représentent 62% de l’indice S&P/TSX à Toronto. Si on enlevait ces trois secteurs, l’indice vedette canadien pourrait faire encore mieux pendant les cycles baissiers des ressources, souligne M. Belski. Comme le démontre le tableau suivant.


On voit que, depuis 2011, le S&P/TSX sans ses trois principaux secteurs a nettement fait mieux que l’indice dans son ensemble. L’indice épuré a fait un rendement annuel moyen de 7,9%, comparativement à 0,8% pour l’ensemble de l’indice.


En 2018, le S&P/TSX sans les trois secteurs a reculé de 5,5%. L’indice dans son ensemble a, pour sa part, perdu 11,6%.


M. Belski pense que le prix des commodités stagnera encore à moyen terme. «Pour cette raison, nous pensons que les meilleures occasions dans le marché canadien se trouveront à l’extérieur de ses trois secteurs », commente-t-il.


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

21/05/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

21/05/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.