Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Offert par Les Affaires


Édition du 20 Décembre 2014

Par Dominique Beauchamp


Des attentes modestes à surpasser


Les nouveaux efforts de relance d’Uni-Sélect pourraient lui donner un second souffle en Bourse, parce que les analystes n’y croient pas trop. L’action d’Uni-Sélect s’est appréciée de 21 % depuis juillet 2014, mais les attentes envers la société sont encore modestes.


Non seulement la croissance des ventes de la société est nettement inférieure à celle de ses rivales américaines, mais sa rationalisation récente a amputé 47 M$ de ses revenus, indique Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux. L’analyste prévoit que la hausse de ses ventes comparables, sans l’effet des acquisitions, passera de 2 % en 2014 à 2,1 % en 2015.


Le consensus mise sur une hausse du bénéfice par action de 7,5 % en 2015 et de 4,5 % l’année suivanteMichael Glen, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, est plus pessimiste, avec une amélioration de seulement 4 % du bénéfice par action en 2015.


« Nous sommes satisfaits des progrès du plan stratégique de la société, mais l’environnement concurrentiel reste difficile », note M. Poirier.


Malgré tout, l’analyste est confiant qu’Uni-Sélect atteindra la marge d’exploitation de 7 % qu’elle s’est fixée en 2015, ce qui améliorera ses bénéfices et ses flux de trésorerie.


M. Poirier prévoit un rebond de 13,5 % du bénéfice ajusté par action à 2,92 $ US en 2015.


Il a donc augmenté son cours cible d’un an de 33 $ à 35 $, pour un gain potentiel de 15,2 % auquel on ajoute le dividende de 2 %.


Uni-Sélect fait partie des titres favoris de Desjardins surtout parce que la société devrait profiter de la baisse du prix de l’essence, qui augmente la distance parcourue par les automobiles et donc l’usure des véhicules.


Le recul du dollar canadien lui est aussi favorable quand on transpose ses bénéfices américains en un cours-cible en dollars canadiens. L’analyste de Desjardins a aussi des attentes modestes en ce qui concerne les acquisitions. Il s’attend à des acquisitions de petite et de moyenne taille qui ajouteront 100 M$ US à ses revenus annuels, par rapport à des revenus de 1,7 milliards de dollars américains en 2013.


Uni-Sélect dévoile ses résultats en dollars américains parce qu’elle réalise 73 % de son chiffre d’affaires aux États-Unis.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

«Aflac augmente son dividende chaque année depuis des décennies»

Édition du 20 Avril 2019 | Stéphane Rolland

STÉPHANE ROLLAND - Comment percevez-vous le marché en ce moment ?CONSTANTINE KOSTARAKIS - Prédire où iront les ...

Cinq relances québécoises sous la loupe

Édition du 23 Mars 2019 | Dominique Beauchamp

Ces cinq sociétés québécoises sont toutes tombées de leur piédestal à la Bourse l'an dernier. Sont-elles en ...

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.