Uni-Sélect déçoit encore, l'action plonge de 20%

Publié le 20/02/2019 à 12:56

Uni-Sélect déçoit encore, l'action plonge de 20%

Publié le 20/02/2019 à 12:56

Par Dominique Beauchamp

Le distributeur de pièces et de peinture automobiles Uni-Sélect a déçu les financiers à plusieurs égards, au quatrième trimestre.


Le titre d’Uni-Sélect (UNS, 15,36$) a fortement réagi à l’ouverture, avec une perte de 23% jusqu’à un nouveau plancher annuel de 14,86$, avant de se rétablir un peu.


La société de Boucherville vit une période trouble qui a vu son PDG se faire éjecter en septembre 2018.


En dépit de revenus stables de 419 millions de dollars américains conformes aux attentes, le bénéfice d’exploitation de 21,4M$US a raté la cible des analystes par 16%, tandis que le bénéfice par action de 0,13$ a baissé de moitié.


Les analystes avaient prévu un bénéfice de 0,18$US par action.


La division américaine de peinture pour carrossiers FinishMaster, au centre des difficultés récentes de la société, a encore une fois dégagé une marge d’exploitation décevante de 6,6%, nettement inférieure à celle de 9,9% qu’espérait Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux.


FinishMaster semble être coincée entre la décision des fournisseurs de peinture d’offrir moins de rabais de volume qu’avant et les nouvelles concessions de prix qu’exigent les carrossiers regroupés qui veulent profiter de leur plus grand pouvoir d’achat.


Le quatrième trimestre est une saison molle pour Uni-Sélect, ce qui amplifie l’effet sur ses marges des coûts corporatifs additionnels depuis l’achat de la Britannique Parts Alliance en juin 2017.


L’aperçu de 2019 déçoit aussi


Autre déception: les perspectives préliminaires fournies pour 2019 sont aussi inférieures aux attentes.


Uni-Sélect prévoit une hausse de seulement 1,2 à 3,2% de ses ventes, sans l’effet des acquisitions.


La marge prévue de 5,7 à 6,7% est aussi inférieure à celle de 7% que prévoyaient les analystes.


Le bénéfice d’exploitation prévu de 101 à 122M$US est 13% inférieur aux 128,5M$ qu’avait projeté Jonathan Lamers, de BMO Marchés des capitaux.


La société aura besoin de coupes additionnelles de 10M$US pour rétablir les marges de FinishMaster, un plan que dirigera l’administrateur Rob Molenaar.


Ce nouvel effort s’ajoute aux 27M$US de coupes annoncées l’an dernier, dont les trois quarts ont été réalisées.


Silence radio au sujet de l’examen stratégique


Enfin, la décision du conseil de recruter un nouveau PDG pour remplacer Henry Buckley jette de l’ombre à court terme sur la possibilité que la société vende FinishMaster ou se mette aux enchères, indique M. Poirier dans une note préliminaire.


L'analyste de Desjardins venait d'ailleurs d'émettre un rapport citant O'Reilly Automotive (ORLY, 382,57$US) en tant qu'acquéreur naturel après avoir rencontré les dirigeants. 



« Les investisseurs questionneront ce que l’embauche d’un nouveau PDG veut dire pour l’examen stratégique »


En septembre, le conseil d'administration avait retenu les services de JP Morgan Securities pour le conseiller dans un examen stratégique, sans toutefois s’imposer d’échéancier.


Les analystes espéraient alors que’Uni-Sélect se mette en valeur en vendant FinishMaster évaluée à 1,3 milliard de dollars, par rapport à la valeur boursière de 816M$ d’Uni-Sélect.


La mise en vente de toute la société était aussi évoquée. Cette spéculation avait fait miroiter une valeur potentielle de 30 à 31$ par action, dans une offre.


Avant la téléconférence, Zachary Evershed, de la Financière Banque Nationale, accorde toujours une valeur de 24$ à Uni-Sélect en pièces détachées.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Suppression d'emplois et jeu de mots «nazi» pour Volkswagen

13/03/2019 | AFP

Elle renonce aussi « pour le moment » à introduire en Bourse ses activités poids lourds réunies dans la filiale Traton.

L'arrière-petit-fils du fondateur de Porsche dévoile une voiture de luxe électrique

05/03/2019 | AFP

C'est la première voiture de cette jeune entreprise crée par Anton Piëch, l'arrière-petit-fils de Ferdinand Porsche.

À la une

L'accès à la propriété: la cadrature du cercle

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

Budget fédéral: des indices sur les thèmes de la campagne électorale

Sans surprise, le déficit atteint 14,9G$ pour l'année financière qui se termine et grimpera à 19,8G$ en 2019-2020.

Budget fédéral: l'aide au journalisme se concrétise

Il y a 45 minutes | La Presse Canadienne

BUDGET FÉDÉRAL. La principale mesure demeure le crédit d’impôt de 25 % sur les coûts de la main-d’œuvre.