Un bon mois de janvier augure bien pour l'année

Publié le 16/01/2010 à 00:00

Un bon mois de janvier augure bien pour l'année

Publié le 16/01/2010 à 00:00

Par

Les investisseurs ont déjà deux bonnes raisons de croire à une autre année haussière en Bourse. L'indice new-yorkais S&P 500, qui a rebondi de 23,5 % en 2009, a déjà franchi deux repères historiques qui sont de bon augure.

Le S&P 500 s'est apprécié de 1,4 % entre le 23 décembre et le 5 janvier. Historiquement, ce mouvement haussier annonce une bonne année. Le S&P 500 a aussi gagné 2,7 % au cours des cinq premières séances de janvier. Lorsque cela se produit, l'indice connaît une année haussière dans 86,1 % des cas.

" Le S&P 500 a atteint deux jalons prometteurs, mais le rendement de cet indice en janvier est crucial pour le reste de l'année ", explique Jeffrey A. Hirsch, coauteur du Stock Trader's Almanac 2010.

Selon le baromètre de janvier créé par Yale Hirsch, quand le mois de janvier est positif, la Bourse connaît une année haussière dans 90 % des cas, depuis 1950.

Les investisseurs devraient toutefois s'attendre à un repli à mi-année, un phénomène associé à l'incertitude provoquée par la tenue, en novembre, des élections de mi-mandat aux États-Unis, dit M. Hirsch. D.B.

TEL VA JANVIER, TELLE VA L'ANNÉE ?

Année / Rend. du S&P 500 en janvier / Rend. du S&P 500 pendant l'année

2006 / + 2,3 % / + 13,6 %

2007 / + 1,4 % / + 3,5 %

2008 / - 6,1 % / - 38,5 %

2009 / - 8,6 % / + 23,5 %

Source : Stock Traders' Almanac

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.