Titres en action: Beyond Meat, American Express, Johnson & Johnson...

Publié le 26/01/2021 à 07:32, mis à jour le 26/01/2021 à 13:22

Titres en action: Beyond Meat, American Express, Johnson & Johnson...

Publié le 26/01/2021 à 07:32, mis à jour le 26/01/2021 à 13:22

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:

(Repassez nous lire de temps à autre 
pour ne pas manquer de mise à jour)

La start-up américaine Beyond Meat (BYND, 187 $US), qui fabrique des steaks et autres viandes à base d’aliments végétaux uniquement, grimpait de plus de 30% à Wall Street mardi matin, après avoir annoncé un partenariat avec le géant PepsiCo (PEP, 141 $US). L'action de Beyond Meat a grimpé jusqu'à près de 30% dans la matinée, avant de redescendre, mais restait en hausse de plus de 18% à 187 dollars vers 11h45. Celle de PepsiCo évoluait également en hausse, mais plus modérée, à 0,92%. Cette alliance, annoncée mardi, doit donner lieu à la naissance d'une co-entreprise, baptisée The PLANeT Partnership, qui va associer la technologie développée par Beyond Meat pour fabriquer ces produits végétaux, à la force de frappe commerciale de PepsiCo.

 

L'émetteur de cartes de crédit American Express (AXP, 117, 84 $US) est parvenu à dépasser les attentes en fin d'année mais ses clients, en grande majorité les «cols blancs», ont peu dépensé parce qu'en télétravail du fait des restrictions liées à la pandémie. Le groupe new-yorkais, qui cible particulièrement les cadres supérieurs et les riches, a enregistré un bénéfice net de 1,44 milliard de dollars au quatrième trimestre 2020, en baisse de 15% sur un an, selon un communiqué publié mardi. Si le bénéfice par action ajusté, référence des investisseurs américains, de 1,76 dollar est supérieur aux attentes (1,31 dollar), le chiffre d'affaires trimestriel a diminué de 18% à 9,4 milliards. C'est la même tendance pour l'ensemble de l'année 2020: le bénéfice net a fondu de plus de moitié à 3,1 milliards de dollars, tandis que les revenus ont reculé de 17% à 36,1 milliards.

 

Le groupe pharmaceutique et de produits d'hygiène américain Johnson & Johnson (JNJ, 165,98 $US), dans la dernière ligne droite du développement de son vaccin contre la COVID-19, a publié mardi des résultats financiers en demi-teinte pour son année 2020, ralentis par les ventes de matériel médical. Johnson & Johnson a vu son bénéfice net reculer l'année dernière de 2,7% à 14,7 milliards de dollars, soit 8,03 dollars rapporté par action et hors éléments exceptionnels (-7,5%), un peu plus cependant que les 8 dollars attendus. Le chiffre d'affaires annuel a progressé toutefois un peu, à 82,6 milliards de dollars (+0,6%), et fait un peu mieux que les 81,78 milliards attendus par les analystes.

 

Le groupe américain 3M (MMM, 170,39 $US), qui continue à produire des masques en quantité, a vu son bénéfice net grimper au quatrième trimestre comme en 2020 alors que la pandémie a chamboulé ses activités. D'octobre à décembre, par exemple, la demande est restée solide dans les domaines de la protection personnelle, de l'amélioration de la maison, du nettoyage, des semi-conducteurs, des centres de données et des systèmes de filtration pour la biopharmacie, souligne le groupe dans un communiqué mardi. 3M a notamment triplé en 2020 sa production de masques N95, les plus filtrants, pour en livrer au total 2 milliards. Son bénéfice net a bondi de 43% sur la période, pour atteindre 1,4 milliard de dollars. À Wall Street, l'action de 3M s'appréciait de 1,5% vers 7 heures dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse.

 

Le conglomérat américain General Electric (GE, 10,99 $US) est revenu dans le vert en 2020, parvenant à dégager au quatrième trimestre des flux de trésorerie solides malgré un chiffre d'affaires en baisse, une tendance qu'il espère poursuivre en 2021. À Wall Street, l'action de GE s'envolait de plus de 7% vers 6 heures dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la Bourse. Le bénéfice net du groupe s'est élevé à 5,23 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année, alors qu'il avait perdu 5,4 milliards de dollars en 2019. Sur le seul quatrième trimestre, le conglomérat a dégagé 2,4 milliards de dollars de bénéfice net. Son chiffre d'affaires a pourtant baissé de 16% en 2020, à 79,6 milliards de dollars, et de 16% d'octobre à décembre, à 21,9 milliards de dollars.

 

Hyundai a affiché un bénéfice net en hausse de 78% au quatrième trimestre, le premier constructeur automobile sud-coréen a ainsi résisté aux conséquences de la pandémie grâce de solides ventes intérieures qui ont compensé la faible demande étrangère. Sur la période d'octobre à décembre, le groupe a dégagé un bénéfice net de 1 380 milliards de wons (1,59 milliard de dollars) contre 772 milliards de wons sur la même période l'an dernier, précise-t-il dans un communiqué. Au cours des trois derniers mois, les ventes intérieures ont augmenté de 5%, grâce à son modèle haut de gamme Genesis. De leur côté, les ventes à l'étranger ont chuté de 6,6%, a ajouté Hyundai, cinquième constructeur au monde en prenant en compte sa filiale Kia.

 

Le laboratoire suisse Novartis (NVS, 98,47 $US) chute mardi en Bourse sur fond de déception quant aux perspectives affichées lors de la publication de ses résultats annuels, qui ont fluctué au gré de la crise sanitaire, le groupe n'espérant un retour «à la normale» que mi-2021. Pour l'exercice 2020, le géant pharmaceutique a fait état d'une hausse de 13% de son bénéfice net par rapport à l'année précédente sur ses activités conservées, à 8,1 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros) et d'une progression de 3% de son chiffre d'affaires, à 48,7 milliards de dollars, au terme d'une année marquée par une évolution en dents de scie de ses ventes.

 

BlackBerry (BB, 18,03 $US) n’avait aucune nouvelle d’importance à communiquer lundi, malgré le mouvement de frénésie qui a fait bondir le cours de son action à son plus haut niveau depuis octobre 2011. À la Bourse de Toronto, le titre de la société logicielle a grimpé jusqu’à 26,51 $, affichant ainsi un gain de 48 % par rapport à son cours de clôture de vendredi. L’action a clôturé la journée à 22,92 $, en hausse de 28,3 %. Au cours de la dernière année, le titre de BlackBerry s’est négocié aussi bas que 3,94 $, mais a progressé de 73,6 % au cours des cinq dernières séances.

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street coincée entre les résultats et des indicateurs

Mis à jour à 12:00 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le dollar canadien a franchi le cap des 83 cents américains mardi.

Titres en action: Royal Dutch Shell, Walmart, Home Depot...

Mis à jour à 10:12 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

Un actionnaire du CN s'oppose à sa fusion avec Kansas City Southern

La création d'une convention de vote fiduciaire inquiète TCI Fund Management.

Acquisition de Kansas City Southern: un revers «mineur» pour le CN

Le régulateur ferroviaire américain rejette la création d'une fiducie qui permettrait l'acquisition avant approbation.

L'AIE recommande de cesser d'investir dans les énergies fossiles

L'agence internationale de l'énergie a longtemps été considérée comme proche de l’industrie des combustibles fossiles.