Titres en action: Microsoft, Netflix, Rio Tinto...

Publié le 11/09/2020 à 07:55, mis à jour le 11/09/2020 à 08:16

Titres en action: Microsoft, Netflix, Rio Tinto...

Publié le 11/09/2020 à 07:55, mis à jour le 11/09/2020 à 08:16

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:

(Repassez nous lire de temps à autres 
pour ne pas manquer de mise à jour)

Depuis des mois, Facebook, Twitter, Google et Microsoft multiplient les annonces sur des cyberattaques déjouées et opérations de propagande démantelées, orchestrées depuis l'étranger, notamment de la Russie. Jeudi, Microsoft(MSFT, 205,37$US) a ainsi révélé, entre autres, qu'un groupe de pirates russes, Strontium, avait attaqué plus de 200 organisations impliquées dans la campagne présidentielle (partis, consultants, etc). Jeudi aussi, les États-Unis ont sanctionné un Ukrainien considéré comme un «agent de la Russie» pour avoir tenté de «discréditer» Joe Biden, et dont les montages censés incriminer le candidat démocrate à l'élection du 3 novembre avaient été relayés par son rival, Donald Trump lui-même. Le rapport de Microsoft prouve que «la Chine, l'Iran et la Russie essaient de saboter notre démocratie et d'influencer nos élections», a réagi le ministère de l'Intérieur américain. Pékin a dénoncé vendredi des accusations «inventées de toutes pièces» du géant informatique.

Des milliers d'internautes ont appelé jeudi, via les réseaux sociaux, à boycotter Netflix(NFLX, 480,67$US), accusé d'avoir mis en ligne le film français «Mignonnes», qui sexualise, selon eux, les enfants héroïnes de ce long métrage. Plus de 200 000 tweets ont utilisés le mot-clé #CancelNetflix (supprimer Netflix) jeudi, ce qui en a fait, un temps, le premier «hashtag» mondial sur Twitter. Une première vague de critiques, en août, avait amené Netflix à retirer un visuel utilisé pour promouvoir le film, intitulé «Cuties» en anglais et qui est sorti en salles mi-août en France, avant d'être mis en ligne aux Etats-Unis mercredi. La plateforme avait aussi présenté ses excuses pour avoir utilisé ce visuel «inapproprié», selon elle. Si les attaques sont venues de tous types d'internautes jeudi, y compris à gauche, le sujet a incontestablement rassemblé de nombreux conservateurs américains, parmi des membres du parti républicain dont certains sont candidats au Congrès. «La pornographie juvénile est illégale en Amérique», a tweeté DeAnna Lorraine, qui fut candidate républicaine en Californie pour un siège à la Chambre des représentants. «En tant que mère d'une fille de 8 ans, je soutiens fermement #CancelNetflix», a renchéri Beatrice Cardenas, elle aussi républicaine de Californie. Le film, qui a reçu un prix de réalisation au prestigieux festival américain de Sundance, évoque l'histoire d'Amy, Parisienne de 11 ans, qui doit jongler entre les règles strictes de sa famille sénégalaise et la tyrannie de l'apparence et des réseaux sociaux, qui joue à plein chez les enfants de son âge.

Le chef de la direction de Rio Tinto(RIO, 60,89$US), Jean-Sébastien Jacques, va quitter ses fonctions au sein de la multinationale anglo-australienne d'ici mars prochain à la suite du scandale de la destruction d'un lieu sacré aborigène, a annoncé l'entreprise vendredi. «D'importants actionnaires ont exprimé leurs inquiétudes face à l'imputabilité de la direction dans les manquements identifiés», peut-on lire dans le communiqué publié par Rio Tinto. Selon un accord survenu entre l'entreprise minière et son PDG, Jean-Sébastien Jacques va quitter son poste dès qu'un remplaçant sera nommé ou au plus tard le 31 mars, précise le communiqué. D'autres membres de la direction, Chris Salisbury et Simone Niven, vont quitter l'entreprise dès le 31 décembre. Le mois dernier, Rio Tinto a sanctionné ces trois dirigeants en les privant d'importantes primes salariales. Jean-Sébastien Jacques a perdu 3,5 millions $ alors que les deux autres ont été privés d'environ 700 000 $ chacun. Ces pénalités et les congédiements qui ont suivi sont liés à un scandale survenu en Australie. Rio Tinto a procédé à la destruction d'un lieu aborigène sacré pour exploiter du minerai de fer.

Sur le même sujet

Boeing: les compagnies aériennes canadiennes sont épargnées

Ce type de moteur ne se retrouvant pas dans leur flotte.

Nouveau coup dur pour Boeing

Mis à jour le 22/02/2021 | AFP

Un vol United Airlines Denver-Honolulu a dû revenir se poser en urgence samedi.

OPINION Titres en action: G4S, Boeing
Mis à jour le 22/02/2021 | AFP et La Presse Canadienne
Boeing: les annulations continuent de surpasser les commandes
09/02/2021 | AFP
Boeing confronté aux déboires du 777X
Mis à jour le 27/01/2021 | AFP

À la une

L’État reprend (enfin) sa place dans l’économie

27/02/2021 | François Normand

ANALYSE — La crise a discrédité le discours des partisans du laissez-faire et du néolibéralisme tous azimuts.

Comprendre l'impact d'une hausse des taux d'intérêt

26/02/2021 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’évaluation de tout actif financier est tributaire des taux d'intérêt.

Le G20 relance le chantier d'une taxation des géants du numérique

26/02/2021 | AFP

Washington renonce à une condition posée fin 2019 par l’administration Trump.