Sensio affronte des vents contraires

Publié le 16/01/2010 à 00:00

Sensio affronte des vents contraires

Publié le 16/01/2010 à 00:00

L'action de la montréalaise Technologies Sensio a piqué du nez après que RealD, une concurrente de Californie, a annoncé des partenariats stratégiques pendant le célèbre Consumer Electronics Show (CES) qui a eu lieu à Las Vegas du 7 au 10 janvier. Son action, qui frôlait 4 $ en décembre, a plongé jusqu'à 2,06 $ le lundi 11 janvier avant de clôturer à 2,55 $.

Spécialisée dans la transmission de signaux 3D, Sensio a profité du salon pour annoncer que le fabricant américain Vizio intégrera sa technologie à ses téléviseurs. Le communiqué de RealD a fait davantage de bruit, car il annonçait la conclusion d'ententes avec des gros noms comme Sony, JVC, Samsung, Toshiba et Panasonic.

RealD affirme que ces fabricants se sont engagés à soutenir sa technologie pour le transport et la diffusion d'images 3D et qu'ils collaboreront à l'élargissement de sa gamme de lunettes 3D.

" La récente annonce est une étape de plus dans l'atteinte de notre objectif ultime : devenir la norme de l'industrie 3D ", a expliqué en entrevue Rick Heineman, vice-président aux communications de RealD.

De son côté, la direction de Sensio se veut rassurante. " L'annonce a suscité beaucoup de confusion ", affirme Richard LaBerge, vice-président exécutif et chef de la commercialisation. Selon lui, les fabricants n'ont pas encore choisi définitivement leur technologie 3D et l'annonce de RealD porte surtout sur des ventes de lunettes 3D.

" Nous avons une avance technologique très importante, et nous détenons des brevets solides, ajoute M. LaBerge. L'annonce de RealD nous ralentit, mais ne nous bloque pas "

En attendant, Sensio peut miser sur son nouveau client : Vizio qui détient 23 % du marché américain. Peu connu au Canada, ce fabricant américain vend surtout chez Walmart et Costco. " Cet accord crée un élan et accélère les négociations avec les autres fabricants ", dit M. LaBerge.

Pas de rentabilité à court terme

Les revenus de Sensio sont peu élevés, même si elle est active depuis 10 ans. À son premier trimestre terminé fin août 2009, elle affichait des revenus de 210 000 $ et une perte nette de 453 000 $. Sa situation déficitaire durera encore. " Pour l'année 2010, qui se termine en mai, nous voulons surtout signer des contrats et nous positionner dans le marché ", dit Éric Choquette, chef de la direction financière, qui prévoit des revenus d'environ 1 M$ en 2010, surtout grâce à la diffusion d'événements 3D en direct.

Les licences liées aux téléviseurs généreront des revenus à partir de l'automne 2010, ce qui devrait permettre à Sensio de sortir du rouge en 2012. Selon M. Choquette, ses liquidités de 12 M$ suffiront aux besoins d'ici là.

Entre temps, la propriété intellectuelle de Sensio pourrait attirer des acheteurs, estime Ranjit Narayanan, analyste chez Union Securities, une firme qui a participé en décembre à l'émission d'actions de 10 M$. Cette possibilité et les récentes ententes conclues lui font établir sa cible d'un an à 4,20 $.

Reste que le titre comporte des risques." L'entreprise n'est pas rentable, elle est fondée sur une innovation technologique et elle émet régulièrement des actions ", dit Jean-Philippe Bouchard, de Giverny Capital.

Potentiel

> Détient des brevets

> Technologie reconnue comme une norme dans l'industrie du DVD

Risques

> La concurrence de RealD

> Incertitude liée à une industrie naissante

marie-claude.morin@transcontinental.ca

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.