Salaires chez Bombardier: collision en vue à l'assemblée

Publié le 02/05/2017 à 19:31

Salaires chez Bombardier: collision en vue à l'assemblée

Publié le 02/05/2017 à 19:31

Deux visions semblent sur le point d'entrer en collision à l'assemblée annuelle de Bombardier, le 11 mai, alors que les deux plus importantes sociétés de conseil aux actionnaires, ISS et Glass Lewis, ne s'entendent pas sur la position à adopter quant au vote sur la rémunération des hauts dirigeants.

Après étude de l'affaire, Glass Lewis recommande à ses clients de voter contre la rémunération proposée par le conseil d'administration à sa haute direction lors du vote consultatif. À l'inverse, ISS recommande de voter en faveur des émoluments.

Glass Lewis indique que le système de rémunération des dirigeants de Bombardier est bien aligné avec la performance et que les salaires versés demeurent relativement bas en comparaison avec les pairs. Elle dit cependant avoir identifié des carences importantes dans la politique.

La firme note que celle-ci ne fournit pas une description claire des objectifs à atteindre, à la fois pour ses volets court terme et long terme.

Elle ajoute que Bombardier a connu une année où les cibles financières n'ont pas toutes été atteintes. Même si la maison reconnaît que ce n'est pas en soi problématique (N.D.L.R. d'autres cibles non financières étant prises en considération: obtention de commandes CSeries, diminution du risque financier, etc.), elle estime que l'information permettant de comprendre la détermination des bonis est limitée et juge la situation préoccupante.

Glass Lewis souligne entre autres que le chef de direction Alain Bellemare a vu sa cible de bonus être augmentée de 140% à 160% de son salaire de base "sans explication particulièrement significative".

Elle précise que moins d'information que l'an dernier est en outre fournie sur les bonus des autres hauts dirigeants de Bombardier. En 2016, des cibles et des paiements maximums avaient été établis pour la bonification et, contrairement à cette année, il n'y avait pas eu de majoration discrétionnaire.

Ses analystes s'interrogent par ailleurs sur le fait que la firme Willis Tower Watson ait reçu 63 800$ en honoraires pour des conseils sur la rémunération, et près de 2,8 M$ pour d'autres services. La situation est à leurs yeux susceptible de jeter un doute sur l'objectivité de Willis Tower. Une firme indépendante, Meridian, a cependant été embauchée comme conseillère indépendante du comité des ressources humaines de Bombardier.

La maison ajoute enfin qu'étant donné les retombées négatives, les actionnaires pourraient raisonnablement questionner le jugement du conseil qui sanctionne des augmentations de salaire au moment où l'entreprise bénéficie de l'aide publique.

La position de ISS

ISS se montre elle aussi critique de la politique de rémunération de Bombardier.

Elle calcule que la rémunération de monsieur Bellemare a grimpé de 45% sur un an. Bien qu'elle reconnaisse que les objectifs au plan de transformation ont été atteints, elle souligne aussi que des résultats financiers demeurent négatifs. "Des actionnaires pourraient être préoccupés par le niveau de rémunération accordée cette année, étant donné qu'il ne s'agit que de la première année d'un plan de cinq ans", écrit-on.

ISS souligne cependant que, dans son ensemble, la performance de l'entreprise s'est améliorée sur la plupart des mesures clés, et que les préoccupations quant à la rémunération sont cette année mitigées par l'allongement d'une année de la période de rémunération et l'introduction d'unités d'actions liées au rendement (UAR). "Comme une grande partie de la rémunération du chef de direction est différée (55%) et que la moitié de cette rémunération différée est liée à l'atteinte de mesures de performance, le salaire du chef de direction semble être aligné dans une large mesure avec la future performance financière de l'entreprise", explique-t-elle notamment.

ISS conclut en recommandant de voter en faveur de la rémunération. Elle appuie principalement son conseil sur le fait que les indicateurs de performance un an se sont significativement améliorés et que l'on a réintroduit un modèle de rémunération qui s'appuie sur la performance, et dont le volet allocation en actions est aligné sur l'horizon de la stratégie de transformation (2016-2020).

Les deux firmes sont pendant ce temps d'accord pour appuyer une proposition du Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) qui demande à ce que les résultats des votes de l'assemblée annuelle soient dévoilés pour chacune des classes d'actions. Pour l'instant les multivotantes de la famille Bombardier permettent difficilement de connaître avec transparence les intentions des actionnaires sans contrôle.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

À la une

Bourse: Wall Street finit dans le rouge en attendant le rapport américain sur l’emploi

Mis à jour le 06/10/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé sur un recul de plus de 200 points.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 06/10/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: mdf commerce, Twitter et Lightspeed

06/10/2022 | Charles Poulin

Que faire avec les titres mdf commerce, Twittert et Lightspeed? Voici quelques recommandations d’analystes.