«Raging River Exploration peut survivre avec un pétrole bas» - David Caron, gestionnaire de portefeuille chez l'Industrielle Alliance


Édition du 28 Mars 2015

«Raging River Exploration peut survivre avec un pétrole bas» - David Caron, gestionnaire de portefeuille chez l'Industrielle Alliance


Édition du 28 Mars 2015

Par Stéphane Rolland

Quelle société est sur votre écran radar ?

Raging River Exploration (Tor., RRX, 8,24 $) est une société énergétique qui produit uniquement du pétrole. Grâce à son bilan solide, elle se trouve dans une situation confortable par rapport aux sociétés équivalentes. Elle serait capable de survivre dans un environnement où le baril de pétrole stagnerait aux alentours des 50 $ US. La direction de la pétrolière de Calgary pense qu'elle est capable de faire croître sa production de 25 % annuellement.

Quel secteur trouvez-vous attrayant en ce moment ?

Une porte intéressante s'ouvre pour les producteurs de cuivre. Au début de l'année, bien des stratèges anticipaient qu'il y aurait un surplus. Cependant, certaines mines ont connu des difficultés, ce qui pourrait faire en sorte qu'il y aura un déficit. À cela s'ajoute l'impact négatif du rebond du dollar américain sur la valeur des matières premières. Si le dollar perd un peu de vitesse, les matières premières pourraient reprendre une partie du terrain perdu. Le dollar américain s'est apprécié de 25 % par rapport à un panier de devises. Pour une devise, c'est assez considérable. Le prix des matières premières en a directement souffert. Néanmoins, quelques données économiques permettent de constater une perte de tonus du côté de l'économie américaine. Au même moment, d'autres signaux laissent entendre que la situation en Europe est peut-être meilleure qu'on ne l'avait anticipé.

Y a-t-il un secteur que vous évitez actuellement ?

Les investisseurs se sont réfugiés du côté des titres de consommation après la débâcle de l'énergie. Des titres comme ceux de Metro (Tor., MRU, 34,36 $) ou Loblaw (Tor., L, 63,44 $) ont enregistré un rendement assez impressionnant. Par exemple, Alimentation Couche-Tard (Tor., ATD.B, 49,29 $) s'échange à près de 20 fois les bénéfices de 2015, contre une moyenne d'environ 15. Je ne dis pas que Couche-Tard est un mauvais investissement, au contraire. Cependant, pour un investisseur de valeur, qui accorde une grande importance au prix, c'est difficile de considérer un achat à ce stade-ci.

David Caron, Gestionnaire de portefeuille de l'Industrielle Alliance

David Caron, gestionnaire de portefeuille de l'Industrielle Alliance, Gestion de placements. Titulaire d'une maîtrise en finances de l'Université de Sherbrooke, M. Caron oeuvre depuis 13 ans dans l'industrie financière. Il gère un actif de 40 millions de dollars constitué d'actions canadiennes.

À la une

Guerre en Ukraine: vers un scénario à la coréenne?

02/07/2022 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs scénarios sont possibles en Ukraine, mais le plus plausible est une division durable du pays en deux.

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

01/07/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour le 01/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.