Procter & Gamble revoit à la baisse la valeur des rasoirs Gillette

Publié le 30/07/2019 à 11:09

Procter & Gamble revoit à la baisse la valeur des rasoirs Gillette

Publié le 30/07/2019 à 11:09

Par AFP
Un bâtiment sur lequel on voit le logo de P&G.

Une usine de P&G (Photo: 123RF)

Le fabricant américain de produits ménagers et d’hygiène Procter and Gamble (PG), connu sous l'acronyme P&G, a annoncé mardi avoir inscrit une charge pour dépréciation d’actifs de 8 milliards de dollars liée aux rasoirs Gillette.

Cette provision a plongé le bilan du fabricant des détergents Tide et du papier-toilette Bounty dans le rouge.

Il a essuyé une perte nette de 5,24 milliards de dollars au quatrième trimestre de son exercice décalé 2018/19 clos le 30 juin, mais le chiffre d’affaires trimestriel a augmenté de 3,6 % à 17,1 milliards de dollars. 

La société avait gagné 1,89 milliard de dollars au quatrième trimestre 2017/18.

À Wall Street, l’action gagnait toutefois plus de 3 % dans les premiers échanges.

PG explique que la charge de 8 milliards de dollars est due principalement aux fluctuations des taux de change entre le dollar et les autres devises, une concurrence féroce et une contraction du marché des rasoirs depuis l’acquisition de Gillette en 2005.

Pour y faire face, Procter & Gamble a baissé ses prix dans cette division, dont ceux des rasoirs Gillette, dans l’espoir de contrer la progression des marques préférées des milléniaux (17-35 ans) comme Harry’s et Dollar Shave Club.

Les ventes des rasoirs ont décliné sur 11 des 12 derniers trimestres. Lors du trimestre sous revue, elles ont diminué de 3 %.

Jon Moeller, le directeur financier, a essayé de minorer ces problèmes expliquant, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes, que la dépréciation d’actifs était également motivée par des changements de règles comptables.

Il a assuré que les rasoirs restaient une activité viable sur le long terme et une des priorités de l’entreprise.

« Les rasoirs continuent à être une activité très lucrative », a-t-il déclaré.

Hors rasoirs, les recettes générées par les autres divisions ont avancé, la société ayant augmenté ses prix pour contrer la hausse des prix des matériaux de base utilisés dans leur fabrication.

Tirées par une forte demande pour la marque des soins de la peau Olay, les ventes de produits de beauté ont progressé de 3 %, tandis que le chiffre d’affaires des produits pour la maison, premier contributeur aux ventes, ont augmenté de 5 %.


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Les investissements miniers progressent 7% en 2018

14/11/2019 | François Normand

L'Association minière du Québec s’inquiète toutefois de la réduction des dépenses d'exploration.

Immobilier: le Québec termine l'année en force

14/11/2019 | Les Affaires - JLR

BLOGUE INVITÉ. À Montréal, l’ajout de nouvelles unités peine à répondre à la demande, ce qui fait grimper les prix.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.