Privilégiées : comment se prémunir contre la hausse des taux

Publié le 12/06/2013 à 14:18, mis à jour le 14/06/2013 à 15:36

Privilégiées : comment se prémunir contre la hausse des taux

Publié le 12/06/2013 à 14:18, mis à jour le 14/06/2013 à 15:36

Par Dominique Beauchamp

Après des années tranquilles, les retraités qui vivent des intérêts de leurs actions privilégiées sont peut-être secoués de voir la valeur de leurs actions décliner.

Le fonds négociés en Bourse des actions privilégiées canadiennes, iShares S&P/TSX Canadian Preferred (Tor., CPD) a en effet baissé de 3,3 % depuis son sommet d’avril.

Un tel repli apparaît mineur, mais pour des titres qui fluctuent généralement peu, c’est un mouvement qui attire l’attention.

« Le marché des actions privilégiées est de petite taille si bien que tout mouvement brusque, comme la réaction à la hausse récente de 0,50 % des taux canadiens de 5 ans, peut être amplifié à court terme », explique Anne Perreault, gestionnaire de portefeuilles chez Valeurs mobilières Desjardins.

Une répétition de 2008, qui a fait flancher les actions privilégiées, n’est pas dans les cartes, puisque nous n’assistons pas à une crise de crédit cette fois, mais bien à un retour à la normal des taux, explique pour sa part James Hymas, une sommité des actions privilégiées, président de Hymas Investment Management et auteur de prefblog.

En 2008, l’indice Desjardins actions privilégiées avait chuté de 24 % ; certaines actions avaient perdu la moitié de leur valeur parce que l’on doutait alors de la solvabilité des entreprises.

Hausse graduelle prévue

M. Hymas s’attend à une hausse graduelle des taux et un effet tout aussi graduel que les actions privilégiées. Quand les taux montent, le cours des titres à revenu baissent pour que le rendement de leur distribution, leur dividende ou le rendement de leur coupon intérêt augmente en proportion de leur cours, pour ainsi devenir ainsi concurrentiel avec les nouveaux taux.

« Sur une période de 12 mois, je prévois que les actions privilégiées conserveront un rendement total positif. En d’autres mots, le revenu des dividendes compensera entièrement le recul du cours des actions », explique M. Hymas, en entrevue.

Une stratégie pour amortir le choc 

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...