Nemaska Lithium plonge sur des craintes de refinancement

Publié le 13/02/2019 à 13:30

Nemaska Lithium plonge sur des craintes de refinancement

Publié le 13/02/2019 à 13:30

Par François Pouliot

Le titre de Nemaska Lithium est en forte baisse alors que la société annonce que son projet de mine de lithium Whabouchi, situé à 300 km de Chibougamau, et son projet d'usine électrochimique de Shawinigan, connaissent d'importants dépassements de coûts pour lesquels elle devra trouver du financement.

Avant l'ouverture des marchés, la société a fait savoir que son projet de 1,1 G$ coûterait en réalité 375 M$ de plus que ce qui était prévu.

Sur la nouvelle, le titre a aussitôt dégringolé, passant de 0,55$ à 0,28$, avant de légèrement rebondir à 0,35$.

Les analystes ont été surpris par l'annonce.

"Nous nous attendions à des dépassements de coûts, mais pas de cette ampleur", indique notamment dans une note de recherche, Joel Jackson, de BMO Marchés des capitaux.

M. Jackson voit trois conséquences négatives au développement. D'abord, la valeur nette estimée qu'il accorde au projet passe d'environ 1,45$ l'action à 1$-1,10$.

Il estime ensuite que la confiance dans la capacité de l'entreprise à exécuter son projet sera affectée.

Il croit enfin que des questions seront posées quant à la capacité de Nemaska d'aller chercher des fonds additionnels étant donné le sentiment déprimé qui règne actuellement dans le marché face aux projets de lithium.

Pour le moment, les échéances cibles de l'entreprise demeurent les mêmes. Elle vise toujours amorcer ses premières livraisons de spodumène en décembre 2019 et entend avoir complété l'usine de Shawinigan à la fin de 2020.

Elle devra cependant entretemps trouver le financement manquant.

Des analystes indiquent qu'elle pourrait solliciter ses actionnaires actuels ou de nouveaux actionnaires pour une mise de fonds supplémentaire, ou encore rechercher des partenaires dans le projet.

"Nous ne doutons pas qu'il puisse y avoir plusieurs parties intéressées à gagner une exposition à la production de carbonate de lithium et d'hydroxide de lithium du projet", écrit de son côté Eric Zaunscherb, analyste chez Canaccord Genuity, tout en soulignant que, quelle que soit l'option, il y aura un effet dilutif.

Avant la conférence téléphonique de ce matin, la recommandation de Canaccord était toujours à "achat spéculatif", avec une cible à 1,70$. Celle de BMO était à "surperformance" avec une cible à 1,45$.

Il est possible que recommandations et cibles soient ajustées plus tard en journée.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Nemaska Lithium lance un examen de ses options stratégiques

Ces solutions pourraient comprendre l'émission de divers titres de dettes, une fusion ou une vente.

Après des dépassements de coûts, Nemaska Lithium se retrouve au coeur d'un litige

Nemaska Lithium, dont Québec est le principal actionnaire, se retrouve impliquée dans un litige commercial.

À la une

Bourse: Wall Street voit rouge, Toronto est à un sommet record

Mis à jour à 16:51 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le Brent a bondi de 14,6 %, sa plus forte progression depuis que le contrat a été formalisé en 1988.

Titres en action: Aramco, Coca-Cola, Facebook...

06:50 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Les Bourses européennes reculent face aux tensions pétrolières

13:24 | AFP

Les investisseurs ont «forcément été pris un petit peu de court sur le retour du risque géopolitique», dit une analyste.