MTY: un premier trimestre imparfait, mais satisfaisant

Publié le 09/04/2018 à 16:59

MTY: un premier trimestre imparfait, mais satisfaisant

Publié le 09/04/2018 à 16:59

Par Dominique Beauchamp

Groupe d’alimentation MTY n’a pas répondu à toutes les attentes au premier trimestre, mais le franchiseur de Sushi Shop et de Thaï Express a produit de bons résultats financiers.

Pour son trimestre le plus faible de l’année, MTY(MTY, 50,52$) a en effet réussi à accroître ses revenus de redevances et son bénéfice d’exploitation, tout en affichant une hausse des ventes des restaurants comparables, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Son action a cédé 1% le 9 avril, mais son titre reste à la hausse de 5,3% depuis 12 mois.

«Le principal message est que nos fondations sont solides. Les revenus de redevances, qui reflètent le mieux le cœur de nos activités, ont crû de 4,2% à 27,3M$. La marge d’exploitation ajusté de 32,5% se compare à celle de 25,5%, il y a un an», indique Éric Lefebvre, chef de la direction financière en entrevue.

MTY a aussi réussi à accroître le chiffre d’affaires de son réseau de 4,5% à 543 millions de dollars, malgré l’impact de 5% de la dépréciation du huard sur les ventes réalisées aux États-Unis.

Les ventes des établissements ouverts depuis plus d’un an ont aussi augmenté de 0,7%, soit un troisième trimestre consécutif d’amélioration. 

Au Canada, ces ventes ont avancé de 0,8%, grâce à la performance en Colombie-Britannique, en Ontario et au Québec.

Aux États-Unis, la hausse se chiffre par 0,7% grâce à l’achat des chaînes The Counter Custom Burgers et de Built Custom Burgers.

Si le mois de mars a été «éprouvant» dans certaines régions des États-Unis à cause de la météo, d’autres régions américaines par contre n’ont pas souffert des inondations d’un an plus tôt, indique M. Lefebvre.

MTY a dégagé des flux de trésorerie de 20,3M$ au premier trimestre, 19% de plus qu’un an plus tôt si on exclut la variation des éléments hors trésorerie du fonds de roulement, les charges d’impôts et des charges d’intérêts payées.

Plus de fermetures que de coutume après les Fêtes

Tout n’est pas rose pour autant. Les difficultés de franchisés ont entraîné la fermeture de 152 établissements au premier trimestre.

«Même si le trimestre après les Fêtes est celui qui est le plus difficile pour tous les commerces, ce nombre de fermetures est plus élevé que ce à quoi nous sommes habitués. On espère évidemment que c’est l’affaire d’un trimestre», a confié M. Lefebvre.

MTY doit aussi composer avec la hausse du salaire minimum en Ontario et le besoin de tous les commerces d’augmenter leurs prix de vente.

«Il n’y a pas de salut sans hausse des prix. Pour l’instant, l’économie ontarienne est assez forte pour encaisser le coup. Nous surveillons de près les résultats des prochains mois qui seront représentatifs d’un achalandage plus normal», dit-il.

Au premier trimestre, le chiffre d’affaires a augmenté de 2,1%, en Ontario.

Le franchiseur dit aussi rivaliser de nouveaux concurrents soit le marchand de mets prêts-à-manger Olly Fresco ou encore le fournisseur de plats prêts à cuisiner Marché GoodFood.


« Olly Fresco et Marché GoodFood sont de nouveaux acteurs dans le décor qui nous concurrencent différemment »

Bien que l’intégration des restaurants Mikes, Scores, Bâton Rouge, Ben &Florentine et Pizza Delight d’Imvescor donnera graduellement de bonnes synergies d’achat, les acquisitions restent le principal «catalyste» pour la société.

Très sollicitée pour des acquisitions

Le pipeline des acquisitions est très actif tellement MTY est sollicitée des deux côtés de la frontière.

«Nous concentrons nos efforts sur les concepts les plus prometteurs (comme l’achat récent des 27 Grabbagreen dans le créneau santé à service rapide) et les plus rentables», explique M. Lefebvre.

La restauration décontractée est aussi dans le viseur. Si ce créneau croît plus vite et dégage de meilleures marges que celui de la restauration rapide, il est plus tributaire de la croissance économique à cause de la facture moyenne plus élevée.

Comme promis, MTY accélère aussi l’implantation de sa chaîne Thaï Express aux États-Unis après des résultats concluants pour les six premières franchises.

«Nous aimerions en compter 10 à 20, d’ici la fin de l’exercice. Plusieurs franchises ont été vendues et nous aidons les franchisés à dénicher un bon emplacement», précise le financier.

Un premier analyste assez satisfait

Bien qu’il se dise déçu par le recul de 0,5% des revenus du premier trimestre et un bénéfice d’exploitation de 4% inférieur à ses attentes, Brian Pow d’Acumen Capital, recommande toujours l’achat de MTY.

Il apprécie le potentiel des futurs achats et leurs synergies, le contrôle assidu des coûts, ainsi que les bons flux de trésorerie que génère son modèle de franchises, la diversité de ses 68 enseignes et sa plateforme que lui confèrent ses 5422 commerces.

Il place son cours cible à 57$, dans une note préliminaire.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Un règlement à l'amiable proposé aux franchisés de Tim Hortons

Celui-ci a été proposé dans le cadre de deux actions collectives contre leur société mère.

Développer le Québec et ses régions, en toute « franchise »

Édition du 12 Janvier 2019 | Marie-Pier Frappier

L'industrie de la franchise fait tourner l'économie du Québec, et plus qu'on ne le croit.

À la une

10 choses à savoir lundi

Il y a 12 minutes | Alain McKenna

La puce secrète du iPhone 11, les Québécois ne comprennent pas l'IA, où vont vraiment les sacs biodégradables?

Boostez votre productivité grâce à ces 3 trucs d'Elon Musk!

BLOGUE. Le PDG de SpaceX et Tesla a concocté des astuces spéciales pour être hyper efficace au travail.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

06:50 | LesAffaires.com et AFP

«L'incertitude est de retour sur les marchés.»