Miser sur les terres rares

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 17/11/2010 à 11:18

Miser sur les terres rares

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 17/11/2010 à 11:18

Par Dominique Beauchamp

L'industrie financière démontre une nouvelle fois qu'elle est rapide pour flairer les bons filons. La firme américaine Van Eck Associates a lancé un fonds négocié en Bourse qui détient les actions de 24 producteurs mondiaux de terres rares.

Le fonds Market Vectors Rare Earth/Strategic Metals ETF se négocie à la cote de la Bourse Arca du New York Stock Exchange sous le symbole REMX (NY, REMX, 21,10 $ US).

La Chine contrôle 97 % de la production mondiale de ces minerais stratégiques aux noms aussi exotiques que le lanthane ou le cérium, qui entrent dans la fabrication d'une foule d'appareils technologiques. La prospection bat son plein ailleurs dans le monde, y compris au Canada.

" Avec l'explosion de divers marchés et actifs depuis deux ans, il reste moins de placements sur lequels spéculer. Les terres rares en font partie, car on dispose de peu de données fiables sur ce marché, ce qui attise la spéculation. On ne sait jamais combien de temps ce genre de mode dure ", met en garde Alain Chung, vice-président exécutif, de la firme de gestion de placements Claret.

À la une

Profils atypiques: les zèbres, qui sont-ils vraiment?

BLOGUE INVITÉ. La notion de «zèbre» a été proposée pour la première fois par la psychologue Jeanne Siaud Facchin.

Les Affaires accueille le journaliste Emmanuel Martinez

Il y a 50 minutes | Marine Thomas

Il couvrira les sujets touchant à l’entrepreneuriat, les PME, la stratégie d’entreprise et le leadership.

Ottawa conclut un plan d'aide Ă  Air Canada de 5,9G$

Le transporteur aérien devra rembourser les vols annulés en raison de la pandémie de COVID-19.