Miser sur les terres rares

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 17/11/2010 à 11:18

Miser sur les terres rares

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 17/11/2010 à 11:18

Par Dominique Beauchamp

L'industrie financière démontre une nouvelle fois qu'elle est rapide pour flairer les bons filons. La firme américaine Van Eck Associates a lancé un fonds négocié en Bourse qui détient les actions de 24 producteurs mondiaux de terres rares.

Le fonds Market Vectors Rare Earth/Strategic Metals ETF se négocie à la cote de la Bourse Arca du New York Stock Exchange sous le symbole REMX (NY, REMX, 21,10 $ US).

La Chine contrôle 97 % de la production mondiale de ces minerais stratégiques aux noms aussi exotiques que le lanthane ou le cérium, qui entrent dans la fabrication d'une foule d'appareils technologiques. La prospection bat son plein ailleurs dans le monde, y compris au Canada.

" Avec l'explosion de divers marchés et actifs depuis deux ans, il reste moins de placements sur lequels spéculer. Les terres rares en font partie, car on dispose de peu de données fiables sur ce marché, ce qui attise la spéculation. On ne sait jamais combien de temps ce genre de mode dure ", met en garde Alain Chung, vice-président exécutif, de la firme de gestion de placements Claret.

À la une

La gestion ascendante, ou l'art d'√™tre dans les bonnes gr√Ęces du patron (2)

11:50 | Karl Moore

BLOGUE INVIT√Č. En gestion ascendante, il est plus important que jamais de trouver des moyens de se d√©marquer.

Des immeubles locatifs administrés par Revenu Québec en manque d'entretien

Il y a 15 minutes | La Presse Canadienne

Des locataires de Montréal se sentent abandonnés depuis que Revenu Québec administre temporairement les trois immeubles.

Questions d’entrepreneurs, réponses des partis: la production manufacturière du Canada

Il y a 0 minutes | François Normand

La question d'Yves Dandurand, président d’Adfast, une entreprise manufacturière de Montréal.