Les actionnaires d'Imvescor disent «oui» à MTY

Publié le 19/02/2018 à 13:32

Les actionnaires d'Imvescor disent «oui» à MTY

Publié le 19/02/2018 à 13:32

Par Stéphane Rolland

Malgré la déception de certains actionnaires et analystes quant au prix offert, les actionnaires d’Imvescor (IRG) ont voté à 92,73% en faveur de l’offre d’achat de Groupe MTY (MTY), lors d’une assemblée spéciale lundi.


L’assemblée, qui marque la fin du franchiseur montréalais derrière les enseignes Mikes, Scores, Bâton Rouge, Ben &Florentine et Pizza Delight, n’aura duré que onze minutes. Aucun actionnaire n’a posé de questions.


Le fort appui des actionnaires vient ainsi confirmer les atouts de cette transaction de 248 M$, juge François-Xavier Seigneur, président du conseil d’Imvescor, interrogé en marge de l’assemblée. «L’appui massif semble indiquer qu’on avait raison», commente-t-il.


Pour chacun de leur titre, les actionnaires d’Imvescor recevront ainsi 82,59 cents par action ainsi que 0,0626 action de MTY. Au cours de l’action de MTY enregistré à la fermeture de vendredi dernier, cela représenterait une transaction de 4,16$ par action. 


Possible d’avoir eu plus?


Après l’annonce de la transaction, des analystes et des investisseurs ont affirmé qu’Imvescor valait bien plus. Elizabeth Johnson, de Valeurs mobilières Banque Laurentienne, a avancé le chiffre de 4,65$.


Imvescor aurait-elle pu faire monter les enchères? Entreprises Cara (CARA,25,38$) qui a acquis Groupe St-Hubert en 2016, était pressentie comme un acquéreur potentiel.


«La compagnie a été à vendre plusieurs fois dans les dernières années, répond M. Seigneur. Quand je suis arrivé au conseil, il y a quatre ans, il venait juste d’avoir un processus en ce sens. On a fait un processus avant d’engager Frank Hennessey (le PDG embauché en septembre 2014). On n’avait pas mal fait le tour du jardin quant aux possibilités d’acquisitions.»


M. Seigneur refuse de dire quelles démarches ont été entreprises avec Cara, mais il assure que le franchiseur ontarien avait la possibilité de faire une offre concurrentielle, si c’était son souhait. «Il aurait pu entrer dans le processus après l’annonce de la transaction, ils ne l’ont pas fait», répond-il.


Pour les actionnaires d’Imvescor, le mariage avec le Groupe MTY offre de meilleures avenues de croissance, juge l’administrateur. Le paiement en actions leur permettra de profiter des synergies dégagées au sein des activités d’Imvescor, ajoute-t-il. «Le gros défi pour Imvescor, c’était la taille de ses ventes par rapport à ses coûts administratifs pour les gérer. Nous étions trop petits pour rentabiliser au maximum les opérations. »


Sans acquisition, le franchiseur montréalais pouvait grossir par acquisition, ce qu’il a fait avec l’achat de Ben & Florentine l’an dernier. La société pouvait également augmenter le nombre de magasins, mais le marché était déjà « saturé » au Québec, explique le président du conseil. «Il n’y avait plus beaucoup de cibles d’acquisitions disponibles. Ça limitait nos perspectives d’avenir. »


Les actions de MTY et Imvescor n’ont pas réagi après l’annonce, car la Bourse de Toronto est fermée pour la Journée de la famille en Ontario. L’assemblée se tient le jour même de l’annonce de l’achat de Grabbagreen pour un montant de 2,75 M$US par Groupe MTY.


Relisez les points forts de la téléconférence du PDG d'Imvescor


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

La tournée start-up

09/08/2018 | lesaffaires.com

Petit tour dans le milieu des jeunes pousses et autres petites ou moyennes entreprises qui font tourner ...

Nouvelle acquisition pour la firme montréalaise Groupe WSP Global

L'entreprise, anciennement connue sous le nom de Genivar, ajoutera par cette acquisition 5000 personnes à son effectif.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: