Leçons de psychologie de Charlie Munger

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Août 2015

Leçons de psychologie de Charlie Munger

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Août 2015

Par Philippe Leblanc

Le livre Poor Charlie's Almanack comporte la transcription de 11 présentations orales qu'a livrées Charlie Munger, partenaire de longue date de Warren Buffett, la plupart devant un parterre d'étudiants universitaires. Chacune d'entre elles est fascinante et contient de nombreuses perles de sagesse. Mais je crois que c'est la dernière du livre, la onzième et la plus longue, qui remporte la palme : «The Psychology of Human Misjudgment» (La psychologie du jugement erroné).


Dans cette présentation, Munger énumère 25 biais psychologiques qui amènent souvent les gens à commettre des erreurs de jugement. Bien que chacun de ces travers soit important, voici ceux qui, à mon avis, concernent particulièrement les investisseurs :


> La tendance à mésestimer la puissance des récompenses et des punitions. Pour Charlie Munger, les mesures incitatives et «désincitatives» (généralement financières) sont particulièrement puissantes pour changer ou orienter le comportement d'un individu. C'est pourquoi le mode de rémunération des dirigeants et les objectifs financiers en fonction desquels la rémunération est calculée sont importants pour l'actionnaire qui investit à long terme dans une entreprise. Pour ma part, j'estime que ce biais est pour l'essentiel éliminé lorsque les dirigeants sont aussi d'importants actionnaires de la société qu'ils dirigent.


> La tendance à aimer. M. Munger est convaincu que l'être humain est génétiquement programmé pour aimer son prochain ; il cherche aussi à être apprécié de ses semblables. Selon lui, «une conséquence tangible de cette tendance est qu'elle nous conditionne : 1) à fermer les yeux sur les défauts de l'objet de cette affection et à répondre à ses souhaits ; 2) à favoriser les gens, les produits et les actions qui sont associés à l'objet de cette affection». Dans le monde de l'investissement, je crois que les biais affectifs expliquent en grande partie pourquoi les investisseurs ont tendance à «tomber amoureux d'un titre». Or, comme le dit l'adage, «l'amour est aveugle».


> La tendance à éviter le doute. Selon M. Munger, le cerveau humain est ainsi programmé qu'il cherche à éliminer les doutes en empruntant des raccourcis et en prenant des décisions rapides. Le patron qui tranche rapidement peut paraître très efficace, mais il aurait avantage à prendre un peu plus de temps pour réfléchir. L'expression «la nuit porte conseil» prend ici toute sa valeur. Face à une décision de placement, acheter ou vendre un titre, la leçon à retenir pour l'investisseur est de prendre son temps.


> La tendance à éviter les incohérences. Le cerveau humain est réticent aux changements. Les investisseurs ont tendance à prendre des décisions rapides et conformes à celles qu'ils ont déjà prises. D'où l'importance de : 1) reconnaître et comprendre ses erreurs passées ; 2) prendre des mesures pour s'assurer de ne pas les répéter. On a tous tendance à faire une croix sur les mauvais placements que l'on a faits autrefois et à les placer dans un classeur «à oublier», mais c'est une erreur. Non seulement il est déplaisant de revenir sur ses échecs, mais il est encore plus pénible d'admettre que son raisonnement initial était déficient. Une bonne manière de déjouer cette tendance pourrait être de discuter d'un placement avec un tiers indépendant et objectif, appelé à jouer le rôle d'avocat du diable. Pour ma part, j'aime bien me demander qu'est-ce qui pourrait mal aller, quels sont les risques qui menacent une entreprise.



image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

01/02/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont marqué l'actualité boursière? SNC-Lavalin et Facebook en font partie.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

25/01/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Après une chute de 25%, elle connaît son plus fort gain en dix ans. Le hic: ce n'est pas celle que vous espériez.

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.