Le profit de Loblaw bondit au deuxième trimestre

Publié le 28/07/2021 à 16:52

Le profit de Loblaw bondit au deuxième trimestre

Publié le 28/07/2021 à 16:52

Par La Presse Canadienne

La plus grande chaîne d’épiceries du pays a souligné mercredi que les nouvelles fermetures ce printemps, au milieu de la troisième vague de COVID-19, avaient contribué au maintien des fortes ventes d’aliments, les consommateurs continuant à manger davantage à la maison.

Les Compagnies Loblaw ont indiqué que les ventes de leurs épiceries ouvertes depuis au moins un an avaient reculé de 0,1 % au plus récent trimestre, atteignant quasiment le pic enregistré au début de la pandémie, à la même période l’an dernier.

Mais, signe de la façon dont le comportement des consommateurs pourrait changer avec l’assouplissement des restrictions, Loblaw a observé que la taille des paniers, la quantité de produits que les clients achètent lors d’une seule visite, avait légèrement diminué au deuxième trimestre, tandis que le trafic dans ses magasins augmentait. Pendant la pandémie, les épiciers ont signalé que les clients avaient tendance à se présenter moins souvent dans leurs magasins, mais à s’approvisionner davantage à chaque visite.

Loblaw, qui détient notamment les enseignes Loblaw, Provigo et Maxi, a indiqué qu’elle s’attendait à ce que les acheteurs retournent dans ses magasins à bas prix à mesure que les restrictions se relâchent, ce qu’elle a commencé à observer au cours du trimestre clos le 19 juin.

De nombreux consommateurs se sont tournés vers les magasins à service complet pendant les confinements pandémiques, dans l’idée de faire leurs achats à un guichet unique et ainsi réduire leurs déplacements à l’extérieur de la maison.

« Notre division d’épicerie a bien performé au cours de la première partie du trimestre, aidée par les restrictions liées à la COVID, qui ont permis aux Canadiens de manger à la maison au printemps et au début de l’été », a expliqué Galen G. Weston, président et président du conseil de Loblaw, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes. Il est revenu à la société en tant que président en mai, après le départ à la retraite de Sarah Davis.

« Alors que les communautés à travers le pays ont commencé à rouvrir, nous avons été particulièrement ravis de la réémergence des visites des chercheurs d’aubaines, ce qui a été bon pour nos magasins à bas prix. »

Pendant ce temps, la division des pharmacies de l’entreprise, qui comprend les enseignes Shoppers Drug Mart et Pharmaprix, n’a pratiquement pas vu de saison de toux et de rhume, puisque les mesures de santé publique visant à freiner la propagation de la COVID-19 ont également réduit la propagation d’autres virus.

Mais la hausse des sorties en plein air, de nombreuses activités intérieures restant interdites, a stimulé les ventes de médicaments contre les allergies de la pharmacie.

Compte tenu de l’impact important de la pandémie sur les divisions épicerie et pharmacie de Loblaw, ses perspectives pour le reste de l’année sont difficiles à prévoir.

« Une grande incertitude demeure alors que le cours de la pandémie, la réouverture de l’économie et l’impact qui en résulte sur le comportement des consommateurs restent dynamiques », a affirmé le directeur financier de Loblaw, Richard Dufresne, lors de la conférence téléphonique. « La trajectoire des ventes reste difficile à prévoir. »

L’amélioration des taux de vaccination et l’assouplissement des restrictions « changeront encore une fois notre activité », a ajouté M. Weston. « Il est difficile de prédire exactement quelle sera l’ampleur de ces impacts. »

Loblaw a affiché mercredi un bénéfice attribuable aux actionnaires de 375 millions $, soit 1,09 $ par action, comparativement à un profit de 169 millions $, ou 47 cents par action, un an plus tôt.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice du trimestre clos le 19 juin s’est établi à 464 millions $, ou 1,35 $ par action, comparativement à celui de 260 millions $, ou 72 cents par action, du deuxième trimestre de 2020.

Les revenus de Loblaw ont atteint 12,49 milliards $, en regard de ceux de 11,96 milliards $ de l’an dernier.

Les analystes s’attendaient à ce que Loblaw affiche un profit ajusté de 1,21 $ par action, à partir de revenus de 12,16 milliards $, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

À la une

Préparez-vous à de l’instabilité politique à Ottawa

25/09/2021 | François Normand

ANALYSE. Depuis 1962, 10 des 20 élections fédérales ont produit un gouvernement minoritaire. Depuis 2004, c'est 5 sur 7.

Michael Kovrig et Michael Spavor libérés de Chine ont atterri au Canada

Mis à jour le 25/09/2021 | AFP

Les deux hommes, relâchés peu après le départ de Meng Wanzhou pour la Chine, ont atterri à Calgary.

Huawei, Meng Wanzhou et les deux Michael: une saga diplomatico-judiciaire

Mis à jour le 24/09/2021 | AFP

Retour sur les moments les plus marquants de cette saga.