Le plan de match d'André Chabot, nommé meilleur prévisionniste de 2013


Édition du 19 Juillet 2014

Le plan de match d'André Chabot, nommé meilleur prévisionniste de 2013


Édition du 19 Juillet 2014

Par Dominique Beauchamp

André Chabot, président-fondateur de Gestion de portefeuille Triasima

Même s'il a été nommé le meilleur prévisionniste de Montréal à deux reprises depuis 2011, André Chabot, président-fondateur de Gestion de portefeuille Triasima, ne se dit pas plus devin que les autres.

Nous lui avons tout de même demandé de partager ses perspectives pour les marchés.

M. Chabot a remporté les honneurs en 2011 et en 2014 pour une série de sept prévisions parmi les participants à la célèbre soirée annuelle des prévisions organisée chaque année au début de juin par la Société CFA Montréal.

Environ la moitié des participants répond habituellement au questionnaire distribué aux tables des 700 convives.

La Société CFA Montréal compile ensuite les prévisions et mesure leur justesse en fonction de l'écart individuel entre les sept prévisions et leur niveau réel un an plus tard, ainsi que l'écart moyen pour les sept prévisions.

Ceux qui se plient à l'exercice doivent prédire le niveau du S&P/TSX, du S&P 500, de la Bourse de Shanghaï, des taux américains repères de 10 ans, du dollar canadien, du pétrole et de l'or.

Le gagnant remporte un trophée et a la reconnaissance de ses pairs lors de la Soirée des prévisions l'année suivante.

L'approche des trois piliers

«Pour une boutique de gestion de portefeuille comme la nôtre, ça représente un peu de relations publiques», a dit en entrevue le financier d'expérience, dont la firme gère un actif de 2,9 milliards de dollars (M$) pour 200 clients, dont la moitié se trouve à l'extérieur du Québec.

L'approche «des trois piliers» de Triasima intègre l'analyse fondamentale, l'analyse quantitative et l'analyse de tendance dans un processus rigoureux et constant, se targue la société sur son site Web.

L'important, dans l'exercice des prévisions, dit M. Chabot, c'est d'être cohérent, puisque les taux, les marchés, les devises et les denrées sont des vases communicants qui s'influencent les uns les autres.

Il faut aussi éviter d'extrapoler les conditions actuelles aux 12 mois suivants.

«Un an est suffisamment long pour que la loi du retour à la moyenne se manifeste, du moins en partie. Par contre, un an n'est pas assez long pour renverser une tendance déjà bien engagée», dit le chef des placements.

Le gestionnaire de 59 ans attribue son approche systématique au fait qu'il a appris du passé. Il établit en effet des prévisions depuis 1988, afin d'orienter le scénario de référence qui guide la place qu'occupent dans ses portefeuilles les actions canadiennes, américaines et étrangères, ainsi que les obligations.

«Le scénario sert de point d'ancrage pour suivre l'évolution d'un grand nombre d'indicateurs qui influencent la stratégie. On s'y réfère comme à une bouée», explique le portefeuilliste.

La hausse des Bourses se prolongera...

À la une

Mois de l’Histoire des noirs: cinq entrepreneurs à découvrir

Notre blogueuse invitée, Mona-Lisa Prosper, met de l'avant des entrepreneurs qui pourraient bien vous inspirer.

Bourse: Wall Street ouvre en repli avant la Fed

Mis à jour à 09:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour à 08:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés sur la réserve avant la Fed et les résultats de Meta.