Le pétrole grimpe, rassuré par des marchés émergents plus solides

Publié le 20/08/2018 à 10:33, mis à jour le 20/08/2018 à 16:46

Le pétrole grimpe, rassuré par des marchés émergents plus solides

Publié le 20/08/2018 à 10:33, mis à jour le 20/08/2018 à 16:46

[Photo: 123rf.com]

Les cours du pétrole ont avancé lundi, profitant d’un apaisement des tensions entre Pékin et Washington et d’une accalmie des inquiétudes sur les devises émergentes, des éléments favorables à la demande de brut.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a terminé à 72,21 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 38 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de septembre a pris 52 cents à 66,43 dollars.

« On sent un apaisement au sein des marchés émergents ainsi que sur le front commercial » entre Pékin et Washington, a commenté Gene McGillian de Tradition Energy.

La perspective d’une reprise des discussions cette semaine entre les deux partenaires a apaisé les craintes d’un recul de la demande internationale de brut, tout comme le calme relatif observé sur la devise turque et sur les autres devises émergentes.

« Les pays émergents sont les principaux moteurs de la croissance de la demande » de brut, ont affirmé les analystes de Commerzbank.

Mais l’inquiétude demeurait après les fortes secousses monétaires ressenties dans certains de ces pays la semaine dernière.

« La faiblesse de leurs monnaies pourrait pénaliser leurs achats » puisqu’ils peuvent s’offrir moins de barils dont le prix est fixé en dollars, ont ajouté les analystes de Commerzbank.

Les cours du Brent et du WTI ont certes reculé de respectivement 8 % et 12 % depuis début juillet. Mais ils sont parvenus depuis à se stabiliser un peu alors que « les marchés s’attendent à une baisse de l’offre en Iran », a affirmé Dean Popplewell, analyste chez Oanda.

Les exportations de brut en provenance de l’Iran seront entravées à partir du 4 novembre par les sanctions de Washington contre Téhéran.

Pour l’instant, la Maison-Blanche n’a accordé aucune exemption aux importateurs du troisième plus grand producteur de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole).

Lundi, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanghaneh a annoncé que le géant pétrolier français Total s’est officiellement désengagé de ses projets d’investissements de plusieurs milliards de dollars dans le pays.

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Pourquoi le risque d'une guerre avec l'Iran est faible

22/06/2019 | François Normand

ANALYSE - Les tensions sont vives, mais ni Washington ni Téhéran ont intérêt à déclencher une guerre. Voici pourquoi.

Washington sanctionnera tout pays qui continue à acheter du pétrole iranien

22/04/2019 | AFP

Les États-Unis ont encore renforcé lundi leur campagne de «pression maximale» pour faire plier l'Iran.

À la une

À surveiller : Slack, CP et Cogeco

Que faire avec les titres de Slack, CP et Cogeco? Voici quelques recommandations d'analystes.

Start-up: Sonder veut devenir l'hôtelier du 21e siècle

L’idée est d'avoir la même taille que Marriott dans la prochaine décennie, dit le PDG de Sonder, Francis Davidson.

Bourse: Wall Street près de l'équilibre à l'ouverture

Mis à jour il y a 6 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Mardi, la séance était hésitante au lendemain de nouveaux records.