Les cours du pétrole grimpent à Londres et New York

Publié le 27/08/2018 à 10:43

Les cours du pétrole grimpent à Londres et New York

Publié le 27/08/2018 à 10:43

Par lesaffaires.com

Les cours du pétrole avançaient lundi à Londres et à New York malgré la publication d’un indicateur plutôt négatif pour les prix, toujours soutenus par un vent d’optimisme ayant bénéficié aux marchés sur les sept dernières séances.


À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s’échangeait à 76,09 dollars, soit un gain de 27 cents par rapport à sa clôture vendredi sur l’Intercontinental Exchange (ICE) vers 10H10.


Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour la même échéance avançait de 16 cents à 68,88 dollars, environ une heure après l’ouverture.


« Les cours profitent toujours des nouvelles très encourageantes qui ont abreuvé les marchés sur l’ensemble de la semaine dernière », a commenté James Williams de WTRG.


La baisse, annoncée vendredi, du nombre de puits en activité aux États-Unis et le recul, dévoilé mercredi, des réserves américaines de brut ont contribué à doper les prix la semaine dernière.


Les cours du brut à New York ainsi qu’à Londres ont terminé en hausse lors de six des sept précédentes séances grâce notamment à ces annonces.


Dans ce contexte, une nouvelle dévoilée lundi, et en principe négative pour les cours, était accueillie sans réaction de la part des investisseurs.


L’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, tenus par un accord de réduction de la production en vue de maintenir les prix à un niveau élevé, ont coupé davantage que prévu dans leur production en juillet d’après les chiffres publiés par l’Organisation et relayés par la presse et les analystes.


« Il s’agit d’une nouvelle négative pour les cours parmi un très grand nombre de nouvelles porteuses », a affirmé M. Williams.


Parmi ces nouvelles, le retour des sanctions américaines visant les exportations iraniennes de pétrole au mois de novembre, et ayant déjà eu pour conséquence le retrait de nombreux pays du marché iranien.


« Les marchés continueront d’être soutenus » par ces sanctions, a souligné Stephen Innes, analyste chez OANDA.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Comment faire plier Trump sur l'acier et l'aluminium

13/03/2019 | François Normand

BALADO - Le Canada a un rapport de force pour faire abolir les tarifs de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium.

Washington prévoit une croissance de 3,2% en 2019

11/03/2019 | AFP

Elle prévoit aussi davantage de fonds pour la défense et pour le financement d’un mur anti-immigration.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.