«Le franchiseur de Mikes et Scores vaut au moins 5,85$»

Publié le 02/11/2017 à 12:54

«Le franchiseur de Mikes et Scores vaut au moins 5,85$»

Publié le 02/11/2017 à 12:54

Par Dominique Beauchamp

Le restaurant Scores rénové de Boucherville

Celui qui a provoqué la suspension des transactions sur Groupe Restaurants Imvescor n’est nul autre que l’actionnaire activiste à ses heures, ADW Capital Partners.


Le fonds new-yorkais a en effet acheté 2,5 millions d’actions additionnelles entre le 27 octobre et le 1er novembre à des prix variant entre 3,60 à 4,20$, haussant son bloc d’actions de 5,8 à 10% d’Imvescor (IRG, 4$). Le volume inhabituel a sans doute attiré l'attention des autorités forçant à révéler avoir été approché par un acquéreur potentiel.


Actionnaire depuis septembre 2013, le PDG d’ADW, Adam Wyden, se dit un investisseur patient. Il aimerait qu’Imvescor devienne une «Entreprises Cara (CARA, 26$) ou encore un Groupe d’alimentation MTY (MTY, 51,24$) à coup d’acquisitions».


Le financier met de la pression sur les dirigeants d’Imvescor depuis quatre ans pour que le franchiseur des restaurants Mikes, Scores et Bâton Rouge fouette sa performance.


Les ventes de restaurants comparables augmentent depuis neuf trimestres, mais le bénéfice d’exploitation tarde à refléter cette amélioration, déplore-t-il, en entrevue.


M. Wyden devra sans doute se résigner à vendre, si l'on se fie aux plus récentes spéculations.


Si un acquéreur devait se présenter pour avaler Imvescor, M. Wyden estime que le franchiseur vaut au moins 5,85$ par action et non pas le cours de 4,55$ que plusieurs analystes mettent de l’avant.


«Cara a payé 12 fois le bénéfice d’exploitation pour les rôtisseries Saint-Hubert. Le même multiple appliqué sur celui de 25M$ qu’Imvescor pourrait atteindre l’an prochain, plus les synergies de 10M$, totalisent 35M$, d’où un prix estimé de 5,85$ par action, raconte le toujours animé M. Wyden.



« Est-ce que Cara voudra payer le prix juste? Ça reste à voir »


Le financier prétend qu’il n’a pas ajouté à son placement pour pousser Imvescor à se vendre, bien qu'un communiqué qu'il a émis en août 2016 le réclamait.


M. Wyden assure qu'il préférerait que le franchiseur se mette en valeur en gonflant sa masse critique et ses économies d’échelle, tout en faisant appel aux nouvelles technologies de livraison à domicile.


«La société doit doubler de taille pour supporter le niveau actuel des dépenses générales et administratives », avance-t-il.


Imvescor a acheté la chaîne Ben & Florentine en février pour 21M$, mais ce n’est pas assez, à son avis.


Dans le passé, ADW a menacé de procéder à une guerre de procurations pour accéder au conseil et influencer la stratégie d’Imvescor.


Une entente conclue avec la société en février 2016 avait alors donné à trois actionnaires activistes de New York, ADW, Camac Partners et Crescendo Partners, le droit d’élire un membre au conseil. David D. Sgro est entré au conseil en mars 2016.


«Rien ne dit que nous ne reprendrons pas les mêmes moyens de pression», laisse entendre M. Wyden.


Le prétendant pressenti, Entreprises Cara, sera sous pression pour divulguer ses intentions lors du dévoilement de ses résultats du troisième trimestre, attendus après la fermetrure des marchés vendredi. 


Le franchiseur ontarien compte 1200 restaurants et 15 enseignes, dont St-Hubert, Chalet Suisse et Harvey's.


Cara reste l'acquéreur le plus logique selon un analyste qui veut taire son identité. Le franchiseur ontarien compte peu de restaurants au Québec à part St-Hubert et quelque Harvesy, alors qu'Imvescor est très présent dans la province.


Trois chaînes - Chalet Suisse, St-Hubert et Scores - où le poulet domine, pourraient améliorer leur pouvoir d'achat commun, dit-il.


En fin, le PDG d'Imvescor, Frank Hennessey a déjà dirigé lar chaîne Harvey's de Cara, ce qui en fait un bon choix pour prendre éventuellement la relève du président actuel de Cara, entrevoit l'analyste.


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.