L'ambitieuse relance de ce franchiseur séduit les investisseurs

Publié le 25/02/2016 à 15:00

L'ambitieuse relance de ce franchiseur séduit les investisseurs

Publié le 25/02/2016 à 15:00

Par Dominique Beauchamp

Le premier restaurant familial Score rénové à Boucherville affiche une hausse de ses ventes de 20% depuis un mois.

Ralentissement économique ou pas, l’ambitieuse relance du Groupe Restaurants Imvescor(Tor., IRG,2,45$) progresse tant sur le terrain qu’en Bourse.

Le franchiseur des restaurants Mikes, Bâton Rouge, Scores et Pizza Delight avait promis de rénover 100 de ses 229 ses restaurants entre 2015 et 2018, et de simplifier ses menus, tout en réduisant ses coûts.

Le plan de rajeunissement avance mieux que prévu en raison de l’intérêt manifesté par les franchisés pour donner une nouvelle vie à leur restaurant, malgré les importantes dépenses qu’il suscite.

En effet, 115 d’entre eux se sont déjà engagés à rénover leur établissement et Imvescor espère faire passer ce total à 135, d’ici deux ans. Cela signifie cinq rénovations en 2015, 37 en 2016, 38 en 2017 et 50 en 2018.

Quelque 80% des 35 restaurants Scores participent au programme de rajeunissement. Il faut dire que les trois quarts des établissements de cette chaîne n’avaient pas été rajeunis depuis huit ans.

Au restaurant familial Scores de Boucherville, récemment rafraichi au coût total de 400 000$, les ventes se sont améliorées de 20% depuis sa réouverture il y a quatre semaines, note Michael Glen, de Banque Laurentienne Valeurs mobilières, qui a visité le restaurant de 210 places où le bar à salades a notamment été mis en valeur.

Trois autres Scores à Ste-Thérèse, Saint-Eustache et Trois-Rivières, débuteront leur rénovation sous peu, tandis qu’un premier Mikes rénové ouvrira ses portes dans le quartier Ahuntsic de Montréal, en mars.

Ces progrès ne sont pas passés inaperçus en Bourse: l’action d’Imvescor a rebondi de 53% depuis un an et se négocie près d’un sommet annuel.

Trois analystes voient le titre d’Imvescor s’apprécier davantage jusque dans la fourchette de 3$ à 3,50 $ d’ici un an, pour un gain potentiel d’encore 29%.

Les prochains résultats annuels et ceux du premier trimestre, attendus le 10 mars, pourraient donner un autre souffle au titre si l’on se fie aux attentes des analystes.

Martin Landry, de Valeurs mobilières GMP, s’attend en effet à ce que les ventes des restaurants ouverts depuis au mois un an augmentent de 2,8%, au premier trimestre de 2016, par rapport à un déclin de 0,8%, un an plus tôt.

«Ce serait la meilleure performance depuis 2009 et le troisième trimestre consécutif de croissance», précise l’analyste.

Les revenus de franchises devraient augmenter de 3,5% à 9M$, tandis que les ventes des produits en épicerie, dont les soupes Commensal, devraient croître de 5% à 2,3M$.

Le bénéfice d’exploitation devrait aussi augmenter de 13%, à 3,7 millions de dollars, tandis que le bénéfice net devrait croître de 19% à 0,04$ par action, malgré le plus grand nombre d’actions en circulation.

M. Landry croit même possible que le franchiseur dépasse la hausse de 3% des ventes comparables qu’il prévoit pour 2016 et 2017, à mesure que les restaurants rénovés s’approprient une plus grande part du réseau de franchises.

M. Glen signale aussi que tous les restaurants rénovés, les 2 Bâton Rouge, les 13 Pizza Deilight et le premier Scores, connaissent tous une hausse de plus de 10% de leurs ventes comparables, après leur réouverture. C'est de bon augure pour les 37 rénovations prévues en 2016.

L’analyste de GMP rappelle que moins de 5% des franchises sont rénovées à ce jour.

En attendant, le bilan peu endetté, et le dividende de 3,7%, permettent de patienter.

Le franchiseur a aussi ouvert trois nouveaux Bâton Rouge à Sainte-Foy, en banlieue de Québec, ainsi qu’à Barrie et à Huntsville, en Ontario.

Des activistes en coulisse

Imvescor revient de loin après une série de revers, incluant cinq ans de déclin de ses ventes ainsi qu’une quasi-mutinerie de la part de franchisés qui contestaient la mauvaise gestion des anciens dirigeants.

Avec quatre activistes comme actionnaires, la société a finalement recruté Frank Hennessey en août 2014 pour redresser le franchiseur, après l’échec d’une mise aux enchères, en 2014.

Le gestionnaire qui cumule 27 ans d’expérience chez Entreprises Cara(Tor,CAO,23,59$), Bento Sushi et Darden, a fouetté tous les aspects du franchiseur.

Il a élagué les menus, haussé le niveau de services, ravivé la mise en marché et renégocié des économies auprès des fournisseurs, entre autres.

Imvescor a aussi rapidement instauré un premier dividende dès le premier trimestre de 2015 et a accru son financement bancaire en août 2015 pour financer sa part des nouveaux investissements.

Le franchiseur s’est en effet engagé à fournir 50000$ à chaque franchisé pour les inciter à rénover leur restaurant, une mesure incitative jugée rare dans l’industrie.

Titre sous-évalué et cible d'acquisition

À l’assemblée annuelle du 10 mars, David Sgro, 39 ans, un directeur principal au fonds activiste Crescendo Partners, remplacera Arnaud Ajdler de l’investisseur Engine Capital Management, en vertu d’une entente entre les dirigeants et trois actionnaires activistes.

«Nous considérons encore que le titre d’Imvescor est sous-évalué et nous appuyons les efforts du conseil et du président pour se mettre en valeur», a dit Eric Rosenfeld, le président de Crescendo, au téléphone.

Un dixième administrateur se joindra au conseil d’ici juin, pour représenter trois des actionnaires activistes, soit Crescendo (2,4% des actions), ADW Capital Partners (5% des actions) et Camac Partners (9,3% des actions).

«Nous espérons que le conseil élargi ne nuira pas à la prise de décision, en particulier lorsqu’il s’agit de soupeser les besoins du programme de rajeunissement à long terme à ceux du retour du capital aux actionnaires à court terme», soutient M. Glen.

Imvescor est aussi depuis longtemps perçue comme une cible d’acquisition potentielle et l’acquéreur le plus souvent cité est l’ex-employeur de M. Hennessey, Entreprises Cara.

Le troisième restaurateur au pays est le franchiseur des chaînes Harvey’s, Swiss Chalet, Montana's BBQ & Bar, East Side Mario's, Casey's et Bier Markt.

À la une

Bourse: Wall Street a terminé sur de nouveaux records

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a pour sa part terminé en hausse.

Les promesses de la «DeFi», entre rêve cryptoanarchiste et révolution fintech

LES CLÉS DE LA CRYPTO. La finance peut-elle se passer des mécanismes traditionnels?

À surveiller: Stantec, Shopify et Precision Drilling

09:17 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Stantec, Shopify et Precision Drilling? Voici quelques recommandations d’analystes.