La Banque Laurentienne éliminera 300 postes et fusionnera 50 succursales

Publié le 28/09/2016 à 16:45

La Banque Laurentienne éliminera 300 postes et fusionnera 50 succursales

Publié le 28/09/2016 à 16:45

La Banque Laurentienne (Tor., LB) abolira quelque 300 postes au cours des 18 prochains mois dans le cadre d'une restructuration au cours de laquelle 50 succursales seront fusionnées.

L'annonce a été effectuée mercredi, après la fermeture des marchés, alors que la haute direction de l'institution financière rencontrait plusieurs centaines de ses employés dans le cadre d'une rencontre au Palais des congrès de Montréal.

Selon la Banque Laurentienne, la majorité des postes seront éliminés par «attrition naturelle».

Le président et chef de la direction, François Desjardins, a souligné, par voie de communiqué, que le fonctionnement du modèle bancaire traditionnel était « désuet ».

En date du 31 juillet, la Banque Laurentienne comptait 148 succursales et l'équivalent de 3631 employés à temps plein.

Dans le but de réduire ses dépenses, la Banque Laurentienne avait annoncé le mois dernier son intention de déménager son siège social _ actuellement situé sur l'avenue McGill College _ dans la Cité du commerce électronique, au centre-ville de la métropole, en 2018.

Le plan de transformation de M. Desjardins vise notamment à doubler, à 70 milliards $, la taille de l'actif de la Banque Laurentienne.

«Nous devons nécessairement adapter les services aux particuliers à cette réalité pour optimiser l'efficacité de nos opérations tout en répondant aux demandes changeantes de nos clients», a déclaré mercredi M. Desjardins, par voie de communiqué.

L'institution financière n'est pas la première à annoncer des licenciements afin de réduire ses coûts. La semaine dernière, le Mouvement Desjardins a aboli 83 postes de directeur, soit de huit pour cent des postes de directeur au sein de la coopérative, ce qui vient s'ajouter l'élimination, à la fin août, de 28 postes de vice-président.

L'an dernier, la Banque Nationale (Tor, NA) avait également annoncé son intention de supprimer des centaines d'emplois.

Projet pilote bloqué

Mardi, les syndiqués ont par ailleurs obtenu une ordonnance provisoire auprès du Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) pour empêcher l'institution financière de déployer son projet pilote visant à tester un nouveau modèle de succursale.

Dans sa décision, le Conseil a suspendu « dans son entièreté » le projet Mascouche jusqu'à ce que la cause soit débattue sur le fond ou que la banque soit en mesure de s'entendre avec les représentants du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB-Québec), affilié à la Fédération des travailleurs du Québec, représentant près de 1800 employés.

Selon la partie syndicale, ce nouveau projet pilote, qui devait être déployé le 1er janvier 2017, propose un modèle de succursale offrant principalement des services-conseils en éliminant les services transactionnels bancaires.

Le SEPB-Québec reproche à la direction de la Banque Laurentienne de vouloir rouvrir la convention collective qui vient à échéance le 31 décembre 2017 en éliminant la sécurité d'emploi. Il en a aussi contre l'intégration d'une structure de rémunération additionnelle, puisque le projet pilote prévoit la création de nouveaux postes.

Les syndiqués craignent également que le modèle du projet pilote soit étendu à la grandeur du réseau de succursales, ce qui se traduirait par d'importantes réductions d'effectifs.

La Banque Laurentienne en chiffres :

Nombre d’employés au Québec: 2800, selon le dernier palmarès des 500 Les Affaires

1,64% : progression du titre à ce jour cette année

Capitalisation boursière : 1,5 milliard de dollars

Rendement du dividende : 4,7%

Le titre se négocie à 8,6 fois le bénéfice prévu

Deux analystes suggèrent l’achat du titre, 7 de le conserver, deux de le vendre

Le cours cible moyen des analystes : 52,70$

La transformation favorable pour l’évaluation du titre

Gabriel Dechaine, analyste de Canaccord Genuity, a amorcé le suivi du titre le 27 septembre. Il a entre autres dit qu’il était optimiste à l’égard du plan de transformation de sept ans de l’institution, qui pourrait aboutir à une réévaluation importante de l’action en Bourse. La Banque vise porter le rendement du capital investi de 12% actuellement à 14% en 2019, puis à 17% en 2022.

Source: LesAffaires, Bloomberg

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Banques: à quoi s'attendre au deuxième trimestre

Mis à jour le 15/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. À cinq jours des résultats du 2e trimestre pour les banques, les attentes des analystes sont bien modestes.

La Laurentienne doit confondre les sceptiques!

Édition du 23 Mars 2019 | Stéphane Rolland

ANALYSE. Maintenant qu'elle a conclu une entente avec ses employés syndiqués, la Banque Laurentienne ...

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.