Investir: ce graphique illustre l'excès d'optimisme des analystes

Publié le 30/11/2018 à 14:47

Investir: ce graphique illustre l'excès d'optimisme des analystes

Publié le 30/11/2018 à 14:47

Par Stéphane Rolland

Photo:123rf

Les analystes sont-ils trop optimistes? Il semblerait que oui. Par le passé, les analystes ont eu tendance à surestimer les bénéfices par actions des sociétés inscrites au S&P 500 à New York. 


Dans Les Affaires du 24 novembre, nous rapportions qu’Ed Yardeni, stratège de Yardeni Research, estimait que le consensus des analystes était trop optimiste pour l’année 2019. Vous pouvez lire son argumentaire : Les analystes sont trop optimistes pour 2019 (texte réservé aux abonnés).


Or, une image qui accompagnait son argumentaire démontre que ce biais ne semble pas être seulement une histoire pour 2019. Le graphique ci-dessous démontre l’évolution des prévisions de bénéfice par actions pour les 500 entreprises inscrites au S&P 500. La courbe de prévisions commence au moment où les analystes formulent une prévision pour une année donnée. Elle évolue au fil du temps jusqu’à la fin de l’année où l’on connaît le vrai chiffre.


Comme on peut le voir sur le graphique, toutes les années récentes à l’exception de 2018 ont été anticipées de manière trop optimiste. L’an 2018 fait exception alors que les analystes n’avaient probablement pas prévu la réforme fiscale américaine et son effet sur les bénéfices des entreprises.


L’image ne recense que les prévisions depuis 2011, mais une étude de la firme McKinsey démontre que cet excès d’optimisme sévit depuis au moins 1985. Entre 1985 et 2009, la réalité n’a été à la hauteur des attentes que 2 années sur 25, selon l’étude publiée en 2010. Toutes les autres années, les analystes étaient sur la ligne de départ avec une prémisse trop optimiste. En moyenne, les analystes ont prévu une croissance annuelle du bénéfice par action de l’ordre de 10% à 12% pour le S&P 500. La réalité avoisinait plutôt les 6%.


D’ailleurs, le marché a été bien meilleur pour prédire l’avenir durant cette période, poursuit le rapport de McKinsey. À l’exception des années 1999 et 2000, où la bulle techno s’est emballée, les ratios cours-bénéfice ont été en moyenne 25% plus bas que les prévisions d’analystes, une évaluation plus «raisonnable».

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

01/02/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont marqué l'actualité boursière? SNC-Lavalin et Facebook en font partie.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

25/01/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Après une chute de 25%, elle connaît son plus fort gain en dix ans. Le hic: ce n'est pas celle que vous espériez.

À la une

Newtrax : l'Internet des objets au service de l'industrie minière

14:40 | Marie Lyan

PME DE LA SEMAINE. La société conçoit des systèmes qui permettent de mesurer en temps réel différents paramètres.

Les PME en quête de solutions au salon Connexion

Au Québec, plusieurs entreprises investissent dans le numérique, mais on sent un manque d’engagement clair.

Passionnés et ti-clins de l'immobilier

Édition de Avril 2019 | Daniel Germain

De tous les investisseurs, ceux qui ont du succès dans l'immobilier sont sans doute les vendeurs les plus ardents et ...