Industries Lassonde croît avec régularité

Publié le 14/11/2009 à 00:00

Industries Lassonde croît avec régularité

Publié le 14/11/2009 à 00:00

Les experts s'entendent sur plusieurs points au sujet des Industries Lassonde (Tor., LAS.A, 47,08 $), et particulièrement sur ceux-ci : le modèle de l'entreprise de Rougemont est simple, efficace, bien mené, et il est facile de se faire une tête sur ses perspectives de croissance.

Les investisseurs semblent au diapason, puisqu'ils viennent de propulser le titre à un sommet des 52 dernières semaines, notamment sous l'impulsion de solides résultats trimestriels publiés le 6 novembre.

" La structure de la société n'est pas compliquée; tout le monde ou presque sait ce que fait Lassonde ", indique Léon Aghazarian, analyste à l'Industrielle Alliance Valeurs mobilières.

" Les marques de Lassonde sont bien connues des consommateurs, ses revenus sont prévisibles, ses bénéfices sont stables et récurrents ", explique Christian Godin, gestionnaire de portefeuilles chez Montrusco Bolton, firme qui détient 10 % des actions de catégorie A de Lassonde.

Lassonde produit notamment les jus Oasis, Rougemont, Allen's, les sauces Canton et Canadian Club, et des vins de diverses marques.

Une société sans surprise

Selon Stephen Gauthier, stratège chez Demers Valeurs mobilières, Lassonde est une des sociétés les plus performantes au Canada à l'étalon de la méthode d'analyse de l'EVA (valeur économique ajoutée). " L'écart entre le rendement sur le capital total et les coûts du capital est de 5,3 %. Ça veut dire que quand on confie notre l'argent à l'entreprise, elle le fait fructifier", explique M. Gauthier.

Ces résultats permettent à Lassonde de dégager des surplus, de verser des dividendes trimestriels réguliers à ses actionnaires (le plus récent, annoncé vendredi dernier, atteint 0,27 $ l'action et est payable le 15 décembre 2009), de réinvestir dans ses activités et de financer des programmes de rachat d'actions, indique M. Gauthier.

" J'aime cette entreprise parce qu'il n'y a pas de surprises. Lassonde a commis une seule erreur au cours des dernières années, en créant une coentreprise en Chine, et elle s'en est sortie rapidement ", dit le gestionnaire.

Léon Aghazarian, qui établit un cours cible de 49 $, note que Lassonde affiche une croissance régulière trimestre après trimestre - dont un bénéfice net en hausse de 20,8 % au troisième trimestre - et qu'elle a réussi à hausser sa marge d'exploitation à 12,4 % au trimestre clos le 30 septembre dernier.

" Les marges s'établissent habituellement autour de 10 ou 11 %. Si l'entreprise parvient à les maintenir à 12 %, la croissance de l'exercice 2010 sera phénoménale ", avance-t-il.

Les dirigeants trop payés ?

Christian Godin est lui aussi optimiste, " pour autant que la société assure le contrôle de la masse salariale de sa haute direction.

" Lassonde est bien partie pour dépasser son bénéfice net de 29,25 millions de dollars [M$] de 2008, et j'espère que sa direction m'a entendu lors de l'assemblée des actionnaires de mai dernier ", dit-il. À cette assemblée, M. Godin avait souligné que les cinq plus hauts dirigeants de Lassonde avaient obtenu en 2008 une rémunération globale de 4,37 M$, soit 15 % du bénéfice net de 29,25 M$.

" Les dirigeants sont expérimentés et génèrent de bons résultats, mais je répète qu'un trop gros pourcentage du bénéfice est consacré à leurs salaires ", dit M. Godin.

Mûre pour acquérir Sun-Rype

Cela dit, M. Godin juge que Lassonde jouit d'un excellent bilan et est peu endettée. Il croit que la société est donc mûre pour réaliser une acquisition dans l'Ouest canadien. Lassonde devrait chercher à acquérir Sun-Rype (Tor., SRF, 9 $), croit M. Godin.

Selon lui, la capitalisation boursière de 100 M$ de l'entreprise de Colombie-Britannique reflète déjà la plus- value d'une transaction, et Lassonde a les moyens de s'offrir le fabricant de jus et de collations aux fruits.

Industries Lassonde

Tor., LAS.A, 47,08 $

Potentiel

> Solides marques de commerce

> Croissance régulière des revenus et du bénéfice.

Risques

> Rémunération des dirigeants.

> Hausse du prix du métal utilisé dans la fabrication des canettes.

Rendement

> 1 000 $ investi il y a trois ans valait 1 357 $ le 6 novembre 2009.

Source : Bloomberg, au 6-11-2009

lesaffaires.redaction@transcontinental.ca

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.