Hydropothecary gradue au S&P/TSX demain, son action gagne 6%

Publié le 21/06/2018 à 13:01

Hydropothecary gradue au S&P/TSX demain, son action gagne 6%

Publié le 21/06/2018 à 13:01

Par Dominique Beauchamp

(Photo: Capture d'écran)

L’unique producteur québécois de cannabis Hydropothecary (TCHX, 5,30$) gradue comme prévu de la Bourse de croissance à la principale Bourse de Toronto.


Pour marquer ce second départ, dès demain, le principal fournisseur de la Société des alcools (SAQ) changera sa raison sociale à HEXO Corp., un nom qui correspond à la marque de commerce qu’il a expressément conçu pour le cannabis à usage récréatif qui vient d’être légalisé.


La société de Gatineau avait retenu les services de l’agence montréalaise Sid Lee pour mener à bien ce «re-branding».


Relisez Cannabis: à quoi s'attendre après la légalisation?


Dans une courte note, Russell Stanley d’Echelon Wealth Partners renouvelle sa recommandation d’achat spéculatif et son cours-cible de 6,75$.


Cet objectif représente un gain potentiel d’encore 27% pour le titre qui a déjà explosé de 235% depuis 12 mois.


Le producteur émergent de fleurs séchées et d’huiles de cannabis à usage médical devrait également dévoiler ses résultats du troisième trimestre le 28 juin, prévoit l’analyste.


Il rappelle aussi que la nouvelle HEXO prévoit multiplier par trente è 108000 Kg sa capacité de production d’ici la fin de l’année.


Son PDG Sébastien St-Louis n’a pas caché son appétit pour des acquisitions dans une industrie qui se consolide rapidement.


Le dirigeant vise des producteurs autorisés qui bénéficient de contrats d’approvisionnement avec des acheteurs dans d’autres provinces ou encore des sociétés offrant des technologies de pointe pour concevoir de nouveaux produits à base de cannabis.


Des géants à rattraper


Sa graduation à la Bourse de Toronto pourrait gonfler son évaluation.


Hydropothecary se négocie à un multiple de 11,9 fois le bénéfice d’exploitation attendu en 20019, comparativement à la moyenne de 28 fois pour les trois grands producteurs déjà dans l’indice S&P/TSX.


Sa valeur boursière de plus d’un milliard de dollars distingue la société des plus petits acteurs inscrits à la Bourse de croissance et hisse aussi la société dans le peloton de tête qui obtient  une évaluation plus généreuse en Bourse, explique l’analyste.


Au troisième trimestre, M. Russell prévoit des revenus de 1,5 million de dollars et une perte d’exploitation de 2,2M$.


«Nous espérons entendre parler de ses efforts pour conclure des ententes d’approvisionnement avec des détaillants ailleurs au Canada», ajoute-t-il.


L'analyste entrevoit un premier profit de 0,02$ par action dès 2019, suivi d'un bénéfice de 0,63$ en 2020.


À ce moment-la, ses revenus devraient avoir atteint 367M$ comparativement aux 10,3M$ prévus en 2018 avant la légalisation du cannabis récréatif.


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Broadsign International acquiert Ayuda Media System

«C’est une transaction relativement transformatrice pour nous», résume le PDG de Broadsign, l'Américain Burr Smith.

À surveiller: Dollarama, Thomson Reuters et Rogers

Que faire avec les titres de Dollarama, Thomson et Rogers? Voici quelques recommandations d'analystes.

Ottawa aide Chrysler et Honda… mais pas les entreprises québécoises

Il y a 58 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. L’aide fédérale à l’achat d’une auto électrique s’arrête là où l’industrie québécoise débute.