Great-West: une vente mal reçue, l'action perd 5%

Publié le 24/01/2019 à 12:39

Great-West: une vente mal reçue, l'action perd 5%

Publié le 24/01/2019 à 12:39

Par Dominique Beauchamp
Une femme qui protège une image familiale.

(Photo: 123rf.com)

La vente par l’assureur-vie Great-West d’activités américaines reçoit un accueil glacial des investisseurs en raison des répercussions potentielles.

Dans une transaction complexe, Great-West (GWO, 27,81$) cède certaines activités d’assurance-vie individuelle et de rentes aux États-Unis à une entreprise associée à l’assureur-vie japonais Dai-iChi Life.

Son action flanche de 4,1%, en fin d'après-midi , ce qui s’ajoute à la chute de 19,7% en 2018.

L’assureur de la famille Desmarais récoltera environ 530 millions de capitaux excédentaires de cette vente, mais le prix obtenu est 93 millions de dollars inférieur (par 0,09$ par action) à la valeur comptable des actifs cédés. Des frais de transactions de 0,08$ par action seront aussi comptabilisés.

Bien que Great-West vende des activités gourmandes en capital et en perte de vitesse, comme le veut sa stratégie, les investisseurs craignent que l’assureur-vie redéploie ce pactole dans l’achat imminent d’un gestionnaire de portefeuille dans le but de rentabiliser sa filiale américaine Putnam Investments, explique Gabriel Dechaine, de la Financière Banque Nationale.

La vente d’actifs ravive des rumeurs à cet effet qui circulaient depuis un bon moment puisque Great-West n’avait pas besoin de capitaux frais.

M. Dechaine rappelle aussi qu’en 2007 la vente d'activités d’assurance-santé aux États-Unis avaient financé en partie l’acquisition de Putnam.

«Quoique l’achat d’un gestionnaire de fonds américain puisse en théorie aider Putnam à atteindre une rentabilité durable, les transactions de Janus-Henderson et de Invesco-Oppenheimer ne supportent pas cette hypothèse», note M. Dechaine.

Avant de connaître la suite des choses, l’analyste soustrait de ses estimés la contribution annuelle de 160M$ ou 0,16$ aux bénéfices des activités vendues ainsi que la valeur comptable de Great-West.

Il maintient toutefois son cours-cible de 31$ puisque Great-West s’échange déjà à des ratios modestes de 1,2 fois sa valeur comptable et de 9,5 fois les profits.

«Aujourd'hui, les investisseurs se concentrent sur le fait que le bénéfice par action annuel sera amputé de 5% et qu'il faudra attendre pour savoir comment il sera remplacé. L'opinion générale n'est pas favorable à ce que Great-West investisse encore dans Putnam», explique pour sa part James Cole, gestionnaire du Fonds canadien ciblé Portland, dans un courriel.

Tom MacKinnon, de BMO Marchés des capitaux, abaisse son cours-cible de 33 à 32$. Il suggère de conserver le titre.

«Great-West porte son capital excédentaire déjà considérable à 4G$. Une transaction longuement désirée semble donc plus proche qu'avant. Toutefois, nous préférons voir venir étant donné la mauvaise feuille de route de Putnam, le mariage ardu de différentes cultures dans une transaction potentielle et les difficutés de la gestion active de fonds», dit-il.


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Météo en 2019: 1,3 G $ de dommages assurés selon le Bureau d'assurance

2019 s’est classée au septième rang pour l’année des pertes assurées les plus élevées jamais enregistrées au Canada.

Les assureurs n'ont pas fini leur remontée

Édition du 23 Novembre 2019 | Stéphane Rolland

ZOOM. Même si les assureurs canadiens connaissent une très belle année jusqu'ici, leurs titres demeurent bon marché...

OPINION Assurance et investissement, un malheureux mariage
Édition du 09 Novembre 2019 | Carl Simard, Philippe Veilleux et Yannick Clérouin
Les 5 péchés capitaux de la gestion de cyber crise
01/11/2019 | Pascal Forget
Convaincre les sceptiques, c'est possible
29/10/2019 | Karl Moore

À la une

Zoom sur le monde, nouveau rendez-vous dans Les Affaires

25/01/2020 | lesaffaires.com

Retrouvez votre rendez-vous géopolitique du samedi matin dans le journal papier:

Pris au piège? La nouvelle formule de Les Affaires

25/01/2020 | Catherine Charron

BALADO. Marine Thomas et Charles Desgroseilliers reviennent sur les décisions qui ont mené à cette nouvelle formule.

Nouvelle année, nouvelle formule

Édition du 22 Janvier 2020 | Marine Thomas

BILLET. Nous commençons 2020 sous le signe de la nouveauté, puisque le journal sort désormais 14 fois par année.