FNB couverts en dollars canadiens, le moment est-il propice?

Publié le 01/12/2014 à 09:33

FNB couverts en dollars canadiens, le moment est-il propice?

Publié le 01/12/2014 à 09:33

Par Jean Gagnon

La plupart des stratèges s’entendent à dire que la Bourse américaine sera le meilleur endroit où investir en 2015. C’est là que les investisseurs réaliseront les meilleurs rendements, selon eux. Ainsi, entre un fonds négocié en bourse (FNB) qui réplique l’indice S&P 500 (Bourse de New York) ou un qui réplique l’indice S&P/TSX (Bourse de Toronto), il n’y a pas à hésiter. On opte pour le premier, selon les experts.

L’investisseur canadien doit toutefois être conscient qu’en achetant un FNB répliquant l’indice S&P 500, il investit en dollars américains. Il s’expose donc à un risque de devise. Si le dollar américain s’apprécie comparativement au dollar canadien, il réalisera un gain bien sûr, mais s’il baisse il subira une perte. Cet effet de devise viendra augmenter ou réduire le rendement de l’investissement.

Mais rassurez-vous, l’ingénierie financière a prévu le coup, et met à votre disposition des FNB couverts en dollars canadiens, c’est-à-dire que le risque relié à la fluctuation de la devise s’en trouve éliminé. C’est le cas entre autres de la société BlackRock qui offre la famille de FNB iShares. Le XUS est un fond qui réplique le S&P 500 en dollars américains et le XSP offre le même indice, mais sans le risque lié à la fluctuation du dollar américain.

Le Groupe financier BMO offre aussi des FNB ayant les mêmes caractéristiques, soit le ZSP qui réplique le S&P 500 dans sa devise originale et le ZUE qui réplique le même indice, mais couverts en dollars canadiens.

Que devez-vous faire en 2015? Si vous optez pour le ZUE, vous réaliserez le rendement de l’indice S&P 500, sans vous soucier de ce que fera le dollar canadien. Si vous optez plutôt pour le ZSP, vous aurez le rendement de l’indice plus ou moins le rendement de la devise. Dans ce cas, vous y gagnerez si le dollar américain monte (soit une baisse du dollar canadien), car c’est dans cette devise que vous avez effectué votre investissement. La question est donc de savoir si vous devez faire ce pari contre le dollar canadien.

En 2014, le dollar canadien s’est déprécié d’environ 8 % par rapport au dollar américain. La baisse des prix du pétrole et des commodités ont été les principaux facteurs de cette baisse du huard. En sera-t-il de même en 2015 ?

Selon Hendrix Vachon, économiste chez Desjardins, il est difficile de croire que le dollar canadien continuera de baisser de cette façon. « De 0,88 $US qu’il est présentement, il devrait plutôt remonter vers le niveau de 90-92 $US en 2015 », dit-il.

Pour l’économiste, les facteurs fondamentaux de l’économie canadienne ne sont pas si mauvais après tout. «Nous assistons à une reprise intéressante des exportations, la confiance des consommateurs demeure bonne, l’inflation continue de monter doucement et la création d’emplois est intéressante», dit-il.

Quant au prix du pétrole, on devrait toucher bientôt son bas, selon lui. Et le prix devrait ensuite remonter vers les 80-85 $US le baril.

Chose certaine, prévoir les fluctuations des devises est une tâche très difficile. Si vous n’êtes pas sûr de ce que fera le dollar canadien en 2015, le moment est propice pour vous familiariser avec ces fonds étrangers couverts en dollars canadiens.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...