Exfo: le coup de barre rapporte

Publié le 12/10/2016 à 17:39, mis à jour le 13/10/2016 à 06:40

Exfo: le coup de barre rapporte

Publié le 12/10/2016 à 17:39, mis à jour le 13/10/2016 à 06:40

Par Dominique Beauchamp

Pour une rare fois, le spécialiste des solutions de tests pour les réseaux de télécommunications Exfo(Tor., EXF, 5,24$) surpasse certains de ses objectifs et redonne espoir que le dernier coup de barre commence à rapporter.

«Je suis très satisfait des progrès au niveau des ventes, des commandes et de la rentabilité, incluant la hausse de 60% du bénéfice d’exploitation ajusté de 22 millions de dollars US qui dépasse l’objectif de 20M$US que nous nous étions fixé en début d’exercice», a déclaré Germain Lalonde, pdg d’Exfo, par voie de communiqué.

L’entreprise estime avoir gagné des parts de marché dans des secteurs stratégiques grâce à une mise en marché plus dynamique, une innovation plus poussée et une offre plus intégrée de tests et de systèmes.

Les investisseurs avaient en partie prévu le coup puisque son action s’était appréciée de 3,5% le 12 octobre, avant le dévoilement des résultats. Cette hausse porte à 44% le rebond de son action depuis un an.

Ce revirement n’est surement pas étranger à la nomination en novembre dernier de Philippe Morin, qui est venu épauler M. Lamonde en tant que chef de l’exploitation.

Cet ex-cadre de Ciena et de Nortel dirige les ventes mondiales et M. Lamonde lui a aussi confié le développement des marchés, du marketing, de la gestion des produits et de la stratégie technologique.

M. Lamonde se dit confiant que le bénéfice d’exploitation annuel croisse plus vite que les revenus en 2017 et qu’il atteigne au moins 26M$US, soit 18% de plus qu’en 2016.

Un quatrième trimestre encourageant

C’est aussi la première fois en vingt trimestres que la société de Québec dépasse le milieu de sa fourchette de prévisions de revenus, dans une industrie toujours au ralenti.

La société avait promis des revenus entre 57 et 62M$US.

Or, au quatrième trimestre, ses revenus ont crû de 11,1% à 62,9 M$US, le double du taux de croissance qu’avait prévu Steve Arthur, de RBC Marchés des capitaux.

Signe que sa dernière restructuration fonctionne, son bénéfice d’exploitation de 6,2M$US est aussi de 40% supérieur au consensus de 4,4M$US des analystes.

La marge avant intérêts, impôts et amortissement de 9,8% est aussi nettement meilleure que celle de 7,6% qu’avait prévue M. Arthur.

Le bénéfice net selon les normes IFRS de 0,04$US, au quatrième trimestre, est stable et conforme au consensus des analystes. M. Arthur avait espéré un peu mieux.

Rappelons toutefois qu’un gain de change de 2,4M$ US avait gonflé le bénéfice comparable de l’an dernier.

Les commandes ont atteint 62,4M$US, 4% de plus qu’au troisième trimestre et 14% de plus qu’au même trimestre un an plus tôt.

Le ratio-clé qui compare les commandes aux revenus déjà facturés a aussi atteint la marque de 1,03 pour l’exercice 2016, qui indique que la société fait plus que remplacer ses revenus existants.

 


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

À surveiller: Bombardier, Fortis et Great-West

Que faire avec les titres de Bombardier, Fortis et Great-West?

10 choses à savoir mardi

Les rues piétonnières séduisent. Ces applis facturent même une fois effacées. Ce bracelet vous protège des micros!

L'IA tue impitoyablement nos jobs. Voici comment!

CHRONIQUE. Non, l'intelligence artificielle n'est pas synonyme de progrès, mais de dévastation pour l'emploi.