Deux titres chouchous du secteur énergétique


Édition du 05 Septembre 2015

Deux titres chouchous du secteur énergétique


Édition du 05 Septembre 2015

Par Stéphane Rolland

Les regards se tournent de nouveau vers le secteur énergétique. Les investisseurs se demandent si le rebond du prix du baril dans la dernière semaine d'août signifie que l'or noir a touché son creux. Dans ce contexte, Les Affaires a épluché les recommandations des analystes afin de voir quelles étaient les sociétés favorites du secteur. Constat : les chouchous viennent du gaz naturel.

Nous avons recensé le consensus des analystes pour les 10 plus importantes capitalisations boursières du secteur énergétique du S&P/TSX à Toronto. Les deux sociétés qui reçoivent la plus forte cote d'amour sont des producteurs de gaz albertains : Tourmaline (Tor., TOU, 33,30 $) et ARC Resources (Tor., ARX, 19,78 $).

Tourmaline : une croissance «bien gérée»

Tourmaline obtient la plus forte cote d'amour. Des analystes qui suivent le titre, 92 % émettent une recommandation d'achat. En fait, ils sont douze à recommander de l'acheter, et un seul, de le conserver.

Le producteur de gaz naturel est le titre favori de Dan Payne, de la Financière Banque Nationale. Malgré un contexte difficile, la société procure une «forte visibilité» quant à sa croissance future. Il émet une recommandation «surperformance» et un cours cible de 49 $.

La société, qui continue de livrer une forte croissance de la production, le fait de manière efficace, croit Randy Ollenberger, de BMO Marchés des capitaux. La société devrait être en mesure d'accroître sa production de 32 % en 2016, prévoit l'analyste.

Créée en 2008, Tourmaline a réussi à se tailler une place rapidement dans le Deep Basin en Alberta, une région riche en gaz naturel, note Jason Stevens, de Morningstar. Elle figure maintenant parmi les plus importants producteurs de la région. Tourmaline possède près de 7 000 puits qui lui permettraient d'exploiter la ressource durant environ 25 ans.

La faiblesse des prix du gaz naturel ne représente pas une situation idéale, reconnaît Jason Stevens. Néanmoins, ce contexte a pour effet de réduire la demande de nouveaux puits, ce qui permet à la société de tempérer l'augmentation des coûts de forage, nuance l'analyste.

De plus, la société de Calgary évite le crédit. Son bilan financier sain va cependant de pair avec une dilution du capital, note l'analyste. Cela ne préoccupe pas M. Stevens outre mesure, car la société génère un bon rendement des sommes réinvesties. Même si la direction dit ne pas vouloir se mettre en vente, la société pourrait être une cible d'achat, suggère l'analyste de Morningstar.

ARC Resources : le choix «prudent»

ARC Resources est la favorite de Grant Hofer, de Barclays. Dans son univers, la société de Calgary est celle qui est «de meilleure qualité», estime-t-il. ARC aurait le meilleur bilan financier du secteur : sa dette est de 1,2 fois les flux de trésorerie annuels. La direction a réitéré son objectif d'augmenter son bénéfice de 8 % en 2016, ce qui lui plaît. Il maintient une recommandation «surpondérer» et un cours cible de 24 $.

Le consensus est également favorable. Des 21 analystes qui suivent le titre, 18 recommandent de l'acheter, par rapport à 2, de le conserver, et à 1 seul, de le vendre.

La société est «disciplinée» à l'égard de son capital, constate Kyle Preston, de la Financière Banque Nationale. «Sa prudence lui permettra de bien gérer ses activités dans un contexte de faibles prix afin d'être en meilleure position à long terme. Il considère qu'il s'agit d'un des noms les plus défensifs de l'énergie.» Comme son collègue de Barclays, il pense que la société est l'un des titres les plus défensifs du secteur. Le rendement du dividende de 6 % a attiré bien des investisseurs, mais il y a un hic, prévient David Meats, de Morningstar. En effet, le dividende ne va pas sans une forte dilution du capital, dit-il.

Depuis 2010, l'entreprise a versé 1,2 milliard de dollars en dividendes à ses actionnaires. Elle a cependant levé près de 922 M$ par l'émission d'actions au cours de la même période. L'analyste croit toutefois que le risque d'autres émissions s'amenuise. Les flux de trésorerie qui devraient être générés à l'avenir permettront d'espérer une croissance du dividende, selon lui.

Les recommandations des analystes qui suivent le titre d'ARC Resources

2 Conserver

18 Acheter

1 Vendre

Cours cible : 26,28 $

Source : Bloomberg

À la une

Mois de l’Histoire des noirs: cinq entrepreneurs à découvrir

Notre blogueuse invitée, Mona-Lisa Prosper, met de l'avant des entrepreneurs qui pourraient bien vous inspirer.

Bourse: Wall Street ouvre en repli avant la Fed

Mis à jour à 09:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour à 08:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés sur la réserve avant la Fed et les résultats de Meta.