Creux annuel pour ProMetic, l'incertitude persiste

Publié le 28/06/2018 à 11:18

Creux annuel pour ProMetic, l'incertitude persiste

Publié le 28/06/2018 à 11:18

Par Dominique Beauchamp

La téléconférence de ProMetic Sciences de la vie pour informer les investisseurs concernant le processus d’approbation du Ryplazim (plasminogène) ne semble pas les avoir rassuré.

Le titre de ProMetic(PLI, 0,4$) a chuté de 6% à l’ouverture à un nouveau creux annuel de 0,45$.

Endri Leno, de la Financière Banque Nationale, déplore que les dirigeants de ProMetic n’aient pas précisé l’échéancier des amendements qu’elle doit fournir au gendarme américain des médicaments concernant le Ryplazim.

La biopharmaceutique de Laval promet une autre mise à jour en août lors du dévoilement de résultats du deuxième trimestre.

«Puisque ProMetic n’a pas fourni de calendrier concret des actions encore à prendre, l’échéancier initial du quatrième trimestre de 2018 apparaît ambitieux», écrit l’analyste.

Un consultant externe aide Prometic dans cette démarche, incluant des contacts directs avec la Federal & Drug Administration (FDA).

Entretemps, ProMetic a réitéré qu’elle dépensera 52 à 55 millions de dollars au deuxième semestre et 104 à 110M$ en 2018.

M. Leno craint de nouveaux délais avec la FDA et la dilution potentielle pour ses actionnaires qu’entraînerait un nouveau partenariat pour la commercialisation ou encore un nouveau financement.

L’analyste ne recommande toujours pas l’achat du titre, bien que son cours-cible de 0,75$ est nettement plus élevé que le cours actuel.

Le titre de ProMetic a été éjecté de l’indice S&P/TSX à la clôture du 15 juin. La décision des administrateurs de l’indice force ainsi les fonds indiciels à vendre leurs actions, comme en témoigne le volume élevé le 15 juin dernier. 

Relisez ProMetic soulève les passions

Sur le même sujet

Bourse: Ménager la chèvre et le chou

BLOGUE INVITÉ. Ménager avec succès des intérêts opposés est essentiel au succès à la Bourse.

Rendement du capital: une formule magique pour investir?

BLOGUE INVITÉ. Un titre devrait générer le même rendement que le retour sur le capital obtenu par l'entreprise.

À la une

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.