Comment Warren Buffett veut profiter des taux en Europe?

Publié le 05/03/2015 à 09:55

Comment Warren Buffett veut profiter des taux en Europe?

Publié le 05/03/2015 à 09:55

Par AFP

Photo Bloomberg.

Berkshire Hathaway, le conglomérat du très respecté investisseur américain Warren Buffett, veut profiter des taux d'intérêt très bas en zone euro et s'apprête à faire sa première émission de bons obligataires en euros, affirme jeudi le Wall Street Journal.


Le groupe du « sage d'Omaha », maître à penser de la finance américaine, pourrait ainsi lever près de 3 milliards d'euros et l'opération serait lancée dès jeudi, précise le quotidien économique en citant une source proche du dossier.


Les taux d'intérêt sont au plus bas en zone euro du fait de l'action de la Banque centrale européenne (BCE) qui tente de relancer l'économie, notamment par un ambitieux programme de rachat de dette qui devrait débuter la semaine prochaine.


Du coup, les investisseurs se ruent sur les obligations les plus sûres, et sur le marché obligataire, les taux évoluent inversement à la demande: plus la demande est élevée et plus les emprunteurs peuvent lever de l'argent à moindre coût.


Les obligations émises par les États ont été les premières à atteindre des taux historiquement bas, tant lors de l'émission des titres que sur le marché secondaire où s'échange la dette déjà émise.


Les obligations émises par les entreprises suivent le même chemin, réduisant le coût de l'endettement pour les entreprises, ce qui intéresse Berkshire.


Par exemple, le groupe énergétique français GDF Suez a émis mardi pour 2,5 milliards d'euros de dette, avec plusieurs tranches de ce montant, avec un coupon de 0%. Cela signifie que les acheteurs de ces titres ne touchent aucune rémunération pour prêter leur argent à GDF Suez.


Début février, sur le marché secondaire, le géant suisse Nestlé a vu ses titres s'échanger à des taux négatifs.


Warren Buffett a déjà dit qu'il souhaitait effectuer des acquisitions en Europe, mais il n'a pas encore trouvé de cible à son goût. Aussi l'argent recueilli lors de cette émission en euros va être converti en dollars, selon le WSJ. Si par la suite Berkshire identifie une entreprise européenne correspondant à ses critères, la société le reconvertira en euros.


Selon le Wall Street Journal, quelque 26,6 milliards d'euros de bons obligataires ont déjà été émis cette année par des entreprises américaines comme Coca-Cola, Mondelez ou Kellogg. Pour les groupes qui ont des activités en Europe, il est plus intéressant d'emprunter à taux bas dans la région que de lever de l'argent aux Etats-Unis et de le convertir ensuite.


 


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.