CN: combien ça coûte être trop achalandé?

Publié le 09/02/2018 à 14:08

CN: combien ça coûte être trop achalandé?

Publié le 09/02/2018 à 14:08

Par Stéphane Rolland

Victime de son succès, le Canadien National se retrouve avec un «beau problème», qui lui coûtera cher en 2018. Sur certaines lignes, le réseau du transporteur ferroviaire montréalais est trop achalandé pour répondre à la demande, ce qui va entraîner de coûteuses dépenses d’investissement.


En 2018, la direction prévoit que ses dépenses d’investissement atteindront 3,2 G$. C’est une hausse de 20%, qui amène ce chiffre à un sommet historique. Après quelques années stables, les dépenses font un bond, comme on peut le constater sur l’image ci-bas.


De ce montant, près de 700 M$ seront consacrés à régler le problème de capacité sur le réseau. Le plan prévoit l’ajout de 60 locomotives, des investissements dans les infrastructures ferroviaires et les gares de transport intermodales.


Dans ce contexte, les analystes financiers débattent à savoir si ces enjeux «temporaires» offrent une occasion d’acheter une entreprise de qualité à meilleur prix. Pour connaître leurs opinions, lisez L'action du CN est-elle une aubaine? Le texte a été publié dans notre Bulletin privilège, réservé aux abonnés.


 


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

À la une

C2 Montréal: pas de Snoop Dogg pour moi. Je préfère les huîtres

25/05/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Fabriquer du béton et du plastique à partir de coquilles d'huîtres? Ces jeunes Françaises y sont arrivé.

Bourse: la tête en vacances, les pros font fi de deux bonnes nouvelles

BLOGUE. Partis pour le long week-end, les pros n'ont pas réagi à la baisse bénéfique du pétrole et des taux.

Désaffection pour les titres défensifs

25/05/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Un jour ou l’autre, les investisseurs seront à nouveau attirés par les qualités des titres défensifs.