Ce gestionnaire de fonds a réinvesti toute son encaisse

Publié le 07/02/2019 à 09:00

Ce gestionnaire de fonds a réinvesti toute son encaisse

Publié le 07/02/2019 à 09:00

Par Dominique Beauchamp
Un coffre-fort vide.

James Cole, du Fonds ciblé canadien Portland, a investi toutes ses liquidités. (Photo: 123RF.com)

La première fois que nous avons contacté James Cole du Fonds ciblé canadien Portland, à la fin de novembre, l’encaisse en portefeuille frisait 21%.

Un mois plus tard, ses liquidités étaient tombées à zéro.

Le chasseur de titres a en effet rapidement déployé son trésor de guerre pendant la raclée de décembre, la pire depuis 1931.

«Il a des périodes où je négocie très peu et d’autres où je deviens plus actif lorsque l’évaluation de sociétés de qualité diverge de la norme. Je crois fermement au phénomène du retour à la moyenne», explique le gestionnaire de Calgary.

M. Cole préconise les entreprises offrant une longue feuille de route, une solide santé financière, ainsi qu’un bon potentiel de dividendes accrus.

Une vedette déchue

Le gestionnaire a notamment mis la main sur des actions de la banque d’investissement réputée Goldman Sachs (GS, 197,72$US) tombée en défaveur.

«Cet achat reflète parfaitement mon approche. J’attends l’occasion d’acheter des titres de premier ordre lorsque leur évaluation devient déconnectée de la réalité», précise le financier.

Après une chute de 275 à 175 $ US entre mars et décembre, son titre se négociait à moins 7 fois les bénéfices de 2018 et 11 % sous sa valeur comptable tangible.

«C’est dire à quel point les investisseurs appréhendaient que de mauvaises nouvelles en raison des allégations détournement de fonds en Malaisie», raconte le gestionnaire.

Or, même après des provisions légales d’un demi-milliard de dollars, les résultats de la banque ont rencontré les attentes et son capital réglementaire s’est renforcé.

Le titre a rebondi de 10 % le 16 janvier, son meilleur gain en dix ans.

La valeur d’aubaine des banques

M. Cole préfère aussi miser sur un petit nombre de sociétés ciblées dans diverses industries, une approche qu’il juge plus rentable à longue haleine.

«Je préfère me concentrer sur mes meilleures idées», évoque le gestionnaire de Conseils en placement Portland.

Il a donc ajouté à huit placements existants en décembre, surtout dans les banques Scotia (BNS,56,65$), TD (TD, 56,61$) et CIBC, (CM, 84,91$).

«À leur plus bas en décembre, les banques canadiennes sont tombées à moins de neuf fois les bénéfices prévus en raison des craintes ambiantes de récession», indique M. Cole.

Un géant de la santé en défaveur

Le financier a aussi ajouté à ses placements dans le grossiste en médicaments McKesson (MCK, 132,26$ US qui partage le marché avec AmeriSourceBergen (ABC, 84,45$US) et Cardinal Health (CAH, 49,91$US).

La compétition s’intensifie et la technologie perturbe le statu quo, admet M. Cole, mais sa masse critique lui procure un avantage concurrentiel qui la protège en partie des visées en santé d’Amazon (AMZN, 1633,3 $ US) entre autres, croit M. Cole.

Après une chute de 31% entre avril et décembre, l’évaluation de McKesson avait fondu à moins de 9 fois ses bénéfices prévus.

La société reviendra un jour dans les grâces du marché, croit-il. Dans l’intervalle, ses flux excédentaires alimentent ses dividendes et ses rachats d’actions.

Un autre blue chip impopulaire

La société de portefeuille Financière Power (PWF, 26,79$) qui chapeaute l’assureur-vie Great-West (GWO, 28,40$) et du gestionnaire de fonds Financière IGM (IGM, 32,84$) est aussi laissée pour compte en Bourse.

S’il est vrai que ces deux industries ont perdu leur lustre d’antan, un dividende de 6,5% et une croissance annuelle prévue de 4% des bénéfices suffisent amplement à faire patienter M. Cole jusqu’à ce que ces rendements financiers retrouvent l’attention des investisseurs.

«C’est un rendement après impôts intéressant quand on sait que les actions donnent du 6 à 7% à très long terme», conclut-il.

Nous avons interviewé quatre autres gestionnaires dont l’encaisse était élevée à la fin de 2018.

Si certains n’étaient pas pressés de réinvestir leur cagnotte, d’autres comme M. Cole ont sauté sur des occasions.

Découvrez leur approche et leurs placements dans l’édition du journal Les Affaires du 9 février.

 


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Philippe ­Ithurbide: «­Les occasions sont en ­Europe et dans les marchés émergents»

Édition du 15 Juin 2019 | Dominique Beauchamp

MARCHÉ EN ACTION. DOMINIQUE BEAUCHAMP - Sur quoi repose votre scénario central qui prévoit une croissance mondiale ...

La répartition optimale d'un portefeuille

Édition de Avril 2019 | Ian Gascon

Ce n'est pas un portefeuille composé à 100 % d'actions. Voici pourquoi.C'est précisément ce qui devrait se passer ...

À la une

À surveiller: CN, Snap et Knight Therapeutics

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.

Et si vous vous inspiriez des All Blacks...

BLOGUE. L'équipe de rugby de la Nouvelle-Zélande sait manier l'art d'être toujours au-dessus de la mêlée.

10 choses à savoir mercredi

Amazon a Dollarama à l'oeil, l'Alberta rêve d'indépendance, Star Wars a déjà gagné la guerre du box-office!