«Canadian Natural Resources, la meilleure aubaine pour miser sur le pétrole» - Willem Hanskamp, chef du placement, Société de gestion d'investissement Heward


Édition du 10 Octobre 2015

«Canadian Natural Resources, la meilleure aubaine pour miser sur le pétrole» - Willem Hanskamp, chef du placement, Société de gestion d'investissement Heward


Édition du 10 Octobre 2015

Par Stéphane Rolland

Willem Hanskamp.

Quel secteur trouvez-vous attrayant en ce moment ?

Nous sous-pondérons toujours notre participation dans le secteur énergétique, mais l'écart est moins grand. Disons que nous étions très sous-pondérés et que nous le sommes moins, maintenant. C'est encore un peu tôt, mais il y a de la valeur dans ce secteur. La demande mondiale devrait continuer de progresser modérément, malgré le ralentissement en Chine. De plus, on voit que la production commence à diminuer.

Quel titre est sur votre écran radar ?

Nous avons analysé la façon dont chaque pétrolière a réagi aux variations du prix du pétrole afin de trouver celles qui profiteraient le plus d'une amélioration du cours de l'or noir. En regardant cela, nous sommes d'avis que Canadian Natural Resources (Tor., CNQ) a baissé davantage que ses pairs. Nous croyons aussi qu'elle sera l'une des pétrolières vers laquelle les investisseurs étrangers reviendront en plus grand nombre, lorsqu'ils verront le secteur sous un oeil plus favorable. Nous détenons aussi des actions de Cenovus (Tor., CVE) et de Suncor (Tor., SU). Comme ces entreprises sont intégrées, elles ont tout de même tiré parti des faibles prix du pétrole pour augmenter leurs marges à la pompe. Cependant, un producteur comme CNQ sera plus avantagé dans un contexte d'appréciation du pétrole.

La consolidation dans l'industrie fait-elle partie de votre thèse sur Canadian Natural Resources ?

Ce serait une surprise qu'un acteur étranger s'aventure à acheter Canadian Natural Resources. En raison des cas récents de protectionnisme dans le secteur des ressources naturelles au Canada, la partie serait difficile pour un acheteur étranger. Canadian Natural Resources pourrait procéder à des acquisitions, mais il faudrait qu'elle trouve des réserves similaires aux éléments d'actif qu'elle exploite déjà.

En 2013, vous aviez Canadian Western Bank dans votre ligne de mire. L'aimez-vous toujours, même si elle a souffert des difficultés économiques de l'Alberta ?

Nous avons réduit notre participation dans Canadian Western Bank (Tor., CWB) lorsque le prix était plus élevé, mais nous en détenons toujours. Nous discutons de la possibilité d'en racheter. Les activités de cette banque régionale de l'Ouest canadien ne sont pas directement corrélées au pétrole, même si la confiance des investisseurs a été ébranlée. Lorsqu'on regarde les marges ou le portefeuille de prêts, les données ne sont pas si mal compte tenu des circonstances.

Willem Hanskamp oeuvre dans le domaine financier depuis 1972. Avant le début de sa carrière chez Heward en 1990, il a travaillé pour la banque BNP Paribas et le Crédit lyonnais. Sa firme gère un actif de plus de 800 M$.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.