Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Publié le 10/05/2019 à 16:46, mis à jour le 11/05/2019 à 13:00

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Publié le 10/05/2019 à 16:46, mis à jour le 11/05/2019 à 13:00

Par Martin Jolicoeur

Le regain de tension entre les États-Unis et la Chine aura affecter la performance boursière de plusieurs entreprises cette semaine. Photo: Getty Images

BILAN. Quels sont les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine*, tant par leur progression que par leur recul ? 

XXXX

LES GAGNANTS

Bausch Health, ex-Valeant (+11,74%)

Les marchés ont bien réagi aux résultats du premier trimestre de Bausch Health Companies, anciennement connue sous le nom de Valeant; son titre a progressé de plus de 11% cette semaine. Gary Nachman, de BMO Marché des capitaux note toutefois que des vents contraires se profilent et de nouveaux lancements de produits demeureront cruciaux pour le maintien de sa croissance à long terme. Résultat: l’action a gagné 3,69$ à la Bourse de Toronto, passant de 31,43$ à 35,12$, pour une hausse hebdomadaire de 11,74%.

Semafo (+9,09%)

Les résultats du premier trimestre de Semafo ont semblé réjouir les investisseurs; la valeur de son action en Bourse a bondi de plus de 9% cette semaine. En outre, l’entreprise a annoncé une hausse de 17% de la production à sa mine Boungou, au Burkina Faso, et une baisse de ses dépenses d'exploitation de 14%. Les prévisions de 2019 sont, quant à elles, demeurées inchangées. En conséquence, le cours de l’action de Semafo a avancé de 0,32$, de 3,52$ à 3,84$, pour une hausse totale de 9,09%.

Mes derniers textes / me suivre sur Twitter / me joindre sur LinkedIn 

Air Canada (+6,69%)

Après avoir vu sa valeur stagner ces dernières semaines à cause du retrait forcé d’une part de sa flotte de Boeing, le transporteur canadien prend du mieux au lendemain de la présentation de ses derniers résultats financiers. Les analystes notent entre autres un bénéfice (BAIIA) supérieur aux attentes, le maintien d’une demande forte des consommateurs, et un appaisement des craintes de la part des investisseurs au sujet des risques de l’absorption de programme de fidélité Aeroplan et à la mise au rancart des 737 Max. Cette semaine, le cours de son action a avancé de 2,25$, progressant de 33,62$ à 35,87$, pour bond hebdomadaire de 6,69%.

XXXX  

LES PERDANTS 

Magna International (-12,20%)

Dure semaine pour les actionnaires de l’ontarienne Magna International, dont le titre a plongé de plus de 12% cette semaine. En plus de rater la cible des analystes au premier trimestre, et de voir ses coûts croître, l’entreprise a d'abaissé ses prévisions pour les années 2019 à 2021 en raison principalement d’un essoufflement anticipé des ventes automobiles. En 2019 par exemple, Magna prévoit une baisse de 8,5% de la production chinoise des véhicules qui compte ses composantes. En conséquence, le cours de l’action de Magna a perdu 8,97$, ou 12,20%, cette semaine. Au total, son action aura décliné de 73,50$ à 68,88$.

BRP (-8,58%)

La fabricant de motoneiges et autres véhicules récréatifs de Valcourt a vu son titre reculer de plus de 8% cette semaine, victime croit-on du bras de fer commercial qui oppose actuellement la Chine aux États-Unis. Il faut savoir que quelque 50% des ventes de BRP sont réalisées aux États-Unis présentement, contre seulement 30% à l’international et 20% au Canada. En réaction à cette hausse de tarifs sur les produits en provenance de Chine, Gerrick L. Johnson, analyste pour BMO Marché des capitaux, a revu à la baisse ses prévisions de bénéfice pour Polaris Industries, un concurrent direct de BRP. Il a réduit ses prévisions de bénéfice ajusté de 6,35$US à 5,85$US en 2019, et de 7,00$US à 6,47$US pour 2020. Pendant ce temps, le titre de BRP aura lui reculé de 3,57$, de 41,59$ à 38,02$, pour une baisse totale de 8,58%.

Canada Goose (-6,29%)

Le titre du manufacturier ontarien de manteaux de luxe, Canada Goose, a perdu plus de 6% à la Bourse de Toronto cette semaine. Patricia Baker, analyste pour le compte de la Banque Scotia, estime comme d’autres que l’entreprise paie pour le climat de tension qui sévit présentement entre la Chine et plusieurs de ses partenaires commerciaux, dont les États-Unis et le Canada. En plus de l’imposition de nouveaux tarifs par les États-Unis, s’ajoutait cette semaine une nouvelle comparution de la présidente de Huawei, à Vancouver, qui lutte bec et ongle contre son extradition vers les États-Unis. On se rappellera que cette affaire avait provoqué un mouvement de boycott contre le détallant canadien, qui avait même dû repousser l’ouverture en Chine d’un de ses magasins. L’entreprise compte actuellement 11 magasins dans le monde. Il y a quelques semaines, Canada Goose a annoncé l'ouverture d’une deuxième usine au Québec et de six nouvelles boutiques, en France et Italie notamment. Cete semaine, le titre de la canadienne aura décliné de 4,62$, de 73,50$ à 68,88$, pour un recul cumulatif de 6,29%.

Mes derniers textes / me suivre sur Twitter / me joindre sur LinkedIn 

(*) La semaine boursière, telle qu’entendue dans cette chronique hebdomadaire, s’étend normalement de la clôture des marchés nord-américains du vendredi à celle du jeudi précédent la publication. On parle donc ici de la semaine contenue entre la fin de séance boursière du vendredi 3 mai et celle du jeudi 9 mai 2019.

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

06/09/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

FNB: une bonne idée qui est allée trop loin?

BLOGUE INVITÉ. Cette innovation financière pourrait constituer une source d'opportunités pour les investisseurs valeur.

À la une

ACEUM: Trudeau n'envisage pas d'aide pour l'aluminium

C’est ce que le premier ministre a dit à l’entrée de la réunion de son caucus mercredi matin.

ACEUM: l'industrie québécoise de l'aluminium inquiète

Mis à jour à 11:55 | La Presse Canadienne

«On pense qu'on a été sacrifié pour protéger l'acier.»

Les amendements apportés à l'accord de libre-échange nord-américain

10/12/2019 | AFP

Les conditions sur le marché du travail sont l’obstacle le plus épineux du traité.