Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 30/11/2017 à 06:33, mis à jour le 30/11/2017 à 08:58

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 30/11/2017 à 06:33, mis à jour le 30/11/2017 à 08:58

Les Canadiens de Montréal ont signé une troisième victoire consécutive. L'action de Molson, elle, n'est pas encore sortie du fond du baril.

1. Contexte


Wall Street est en voie d'ouvrir en hausse jeudi pour une séance tournée vers la réunion de l'OPEP à Vienne et un vote attendu de la réforme fiscale promise par le président américain Donald Trump.


«La réforme fiscale reste la préoccupation principale», observent des analystes du courtier Aurel BCG.


Mercredi, les indices américains ont terminé en ordre dispersé, les valeurs technologiques chutant au profit des valeurs financières, sur fond d'accélération de la croissance américaine. Le Dow Jones a gagné 0,44% à un nouveau record, et le Nasdaq a perdu 1,27%.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq s'élèvent de 0,34%, 0,40% et 0,33% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, grimpe de 1,58% à 64,11$US. Les négociations entre les pays membres de l'OPEP se poursuivent en vue de prolonger la réduction des quotas de production.


3. À l'étranger


En Asie, la Bourse de Hong Kong a fini jeudi sur une chute de 1,51%, affectée par des ventes dans le secteur techno, tandis que Shanghai a reculé de 0,61%, ignorant les bons chiffres de l'activité manufacturière chinoise en novembre. En revanche, la Bourse de Tokyo a pris 0,57%.


En Europe à la mi-séance, les indices montent. Le CAC 40 de la Bourse de Paris gagne 0,42%, le DAX de Francfort prend 0,76% et enfin, le FTSE 100 de Londres ajoute 0,26%.


4. Agenda


Le calendrier est de nouveau bien garni aux États-Unis. Les demandes initiales d'assurance-chômage pour la semaine terminée le 24 novembre seront dévoilées. On attend aussi le revenu personnel et les dépenses de consommation d'octobre, ainsi que l'indice PMI de Chicago de novembre.


Au Canada, le compte courant de la balance des paiements du troisième trimestre sera publié.


5. Titres en action


Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, se dit impressionné par plusieurs aspects des activités de Parts Alliance, la récente acquisition majeure conclue par le distributeur de pièces et de peintures automobile Uni-Sélect(UNS, 25,37$). M. Poirier a assisté à la journée des investisseurs tenue par l’entreprise de Boucherville en Angleterre. Il a ainsi pu davantage apprécier les connaissances de la direction de Parts Alliance, ainsi que le potentiel du marché. Le marché britannique de la revente de pièces est fragmenté note l’analyste et offre des occasions de croissance, notamment par voie d’acquisitions. M. Poirier réitère donc sa recommandation d’achat. Il invite les investisseurs à réévaluer le titre–en baisse de 31% depuis son sommet de 52 semaines– et maintient sa cible à 34$.


La Banque CIBC(CM, 114,80$) a dégagé un bénéfice supérieur aux prévisions à son quatrième trimestre, portée par la vigueur de ses activités bancaires commerciales et sa division de gestion de patrimoine. Le cinquième prêteur en importance au pays a engrangé un bénéfice ajusté de 2,81$ par action, comparativement à 2,60$ l’action un an plus tôt. Les analystes tablaient sur un bénéfice de 2,59$, selon les prévisions de Thomson Reuters. Lisez notre texte complet.


Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, bonifie à son tour la cible pour le titre du détaillant montréalais Dollarama(DOL, 161,10$), la faisant passer de 145$ à 160$. À l’instar de plusieurs analystes ces derniers jours, M. Shreedhar réévalue la chaîne de magasins de produits bon marché avant la publication de ses résultats du troisième trimestre, le 6 décembre. Il vise un bénéfice de 1,15$ par action, contre 0,92$ l’an dernier. En moyenne, les analystes anticipent un bénéfice de 1,10$ l’action. Il réitère sa recommandation surperformance pour le titre. À lire, un analyste hausse sa cible à 185$.


Molson Coors Brewing(TAP, 76,52$US) a beau avoir annoncé la construction prochaine d’une nouvelle brasserie à Longueuil et de petites acquisitions, rien ne semble freiner la glissade de son titre. Celui-ci a touché un nouveau creux en 52 semaines mercredi à la Bourse de New York. Il est en baisse de 23,5% sur un an. (Re)lisez la récente chronique de Yannick Clérouin qui explique pourquoi le plus vieux brasseur d’Amérique du Nord se fait… brasser.



image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Trop de technologie en portefeuille... vraiment?

BLOGUE INVITÉ. Mal catégoriser un titre peut conduire à des erreurs d'opportunités coûteuses.

Apple peut marcher et mâcher de la gomme en même temps

26/03/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Apple, c’est un fabricant informatique ou une société de services? En un mot : oui.

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.