Bombardier souffre des résultats de sa division Transport

Publié le 01/08/2019 à 16:03

Bombardier souffre des résultats de sa division Transport

Publié le 01/08/2019 à 16:03

Par Siham Lebiad

(Photo: Getty Images)

Les résultats inférieurs aux attentes de Bombardier (BBD.B) au deuxième trimestre, causés principalement par des pertes dans sa division Transport, entraînent une chute du titre de 18% à l’ouverture du marché. L’entreprise n’a pas seulement manqué ses cibles, mais a été forcée de revoir à la baisse ses prévisions pour l’année prochaine. 

La division Transport de l'entreprise agit en fardeau tandis que les autres divisions performent plutôt bien. Bombardier Avions d'Affaires affiche des revenus 1,4 G$ (une augmentation de 6% par rapport à la même période l’année dernière), et un excédent brut d'exploitation en hausse de 3% (à 146 M$ US), et peut compter sur une addition de 1 G$ US à son carnet de commandes, qui s'établit maintenant à 15,3 G$ US. 

Avec des revenus consolidés de 2,2 milliards de dollars américains (en hausse de 1% de 2018), et un bénéfice avant intérêts et impôts (BAII) ajustés de 111 millions de dollars américains (en dessous du consensus des analystes de 2,6%), les résultats du deuxième trimestre poussent l'entreprise à revoir, pour la deuxième fois cette année, ses objectifs de croissance. Ceci est « largement dû à des pressions de coûts additionnels sur des projets de grande échelle entrepris au Royaume-Unis, en Allemagne et en Suisse », explique Fadi Chamoun, de BMO Capital Markets. 

L’entreprise déçoit les investisseurs en enregistrant un flux de trésorerie disponible négatif de – 429 M$ US, plus bas que prévu de près de 35 M$ US. Et ce n'est pas près de s'arranger. Bombardier a revu à la baisse son BAII prévu à de 1 G$ US - 1,5 G$ US à 700-800 M$ US pour l’exercice 2019, ses liquidités disponibles prévues de «plus ou moins 250 M$US» à une perte 500 M$ US, ainsi que son revenu prévu de 17 G$ US à 16,5 – 17 G$ US. 

Le facteur principal de ces baisses est la volonté du géant de l’aéronautique d’investir 250 à 300 M$ US pour affronter les défis auxquels fait face la division Transport, et s'assurer que les délais de livraison soient respectés. « Nous faisons les investissements nécessaires pour nous assurer d’avoir les bonnes ressources et la bonne capacité », a souligné le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare. 

Les résultats décevants ont exercé une pression sur le titre de l’entreprise qui a chuté de presque 18% à l’ouverture des marchés. L'action a repris graduellement au cours de la journée, mais était encore en perte d’environ 16% en fin d’après-midi (le prix fluctuant autour de 1,89$).

 « Nous anticipons une réaction négative (des investisseurs) en raison des résultats inférieurs aux attentes et de la révision à la baisse des prévisions pour 2019 », a commenté l'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note.

 


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Bombardier en négociations pour vendre ses activités de câblage

11/11/2019 | AFP

Son chiffre d'affaires annuel moyen est estimé à environ 60 millions de dollars.

Bombardier vend ses usines de Belfast et de Casablanca

Mis à jour le 31/10/2019 | La Presse Canadienne

Bombardier a dévoilé des résultats financiers inférieurs aux prévisions au 3e trimestre.

À la une

Les investissements miniers progressent 7% en 2018

14/11/2019 | François Normand

L'Association minière du Québec s’inquiète toutefois de la réduction des dépenses d'exploration.

Immobilier: le Québec termine l'année en force

14/11/2019 | Les Affaires - JLR

BLOGUE INVITÉ. À Montréal, l’ajout de nouvelles unités peine à répondre à la demande, ce qui fait grimper les prix.

Canopy Growth rate la cible, le titre plonge

Mis à jour le 14/11/2019 | Denis Lalonde

Le titre de Canopy Growth termine la journée sur une chute de 14,27% à la Bourse de Toronto.