Bombardier : le potentiel du titre et ses risques


Édition du 07 Mai 2016

Bombardier : le potentiel du titre et ses risques


Édition du 07 Mai 2016

[Photo : Bloomberg]

La commande de 125 appareils CSeries de Delta (50 en options), annoncée le 28 avril, a été accueillie avec enthousiasme par les investisseurs et la collectivité. Quel est le potentiel du titre de Bombardier et quels sont ses risques ?

La grande majorité des analystes estiment que Bombardier (BBD.B, 1,89 $) perdra de l'argent avec cette commande, comme en fait foi une provision de 500 M$ US. Celle-ci s'explique comme suit : en période de développement de ses chaînes d'assemblage, aux prix consentis, Bombardier n'aura pas suffisamment de volumes sur sa ligne de production pour réaliser des bénéfices. La société prévoit produire 15 appareils en 2016, 30 en 2017 et atteindre l'équilibre financier en 2020 alors que 100 appareils CSeries devraient sortir chaque année de ses usines d'assemblages.

Le fait que la vente soit à perte n'est pas perçu négativement. Le plan quinquennal de la direction présenté à New York l'automne dernier prévoyait d'ailleurs déjà cette radiation. La commande a une tout autre signification.

«C'est un solide endossement par une société aérienne majeure, qui devrait maintenant stimuler la demande chez d'autres transporteurs», se réjouit Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale.

Certains spéculent que de nouvelles commandes de CSeries pourraient être annoncées à l'été, à l'occasion du salon de Farnborough. D'autres clients de marque sont courtisés, dont British Airways, qui n'a pas caché son intérêt.

Combien vaut Bombardier ?

La nouvelle a renvoyé les analystes à leur chiffrier. Quelques-uns tentent maintenant d'évaluer le potentiel de l'entreprise en s'appuyant sur son plan quinquennal.

«En utilisant les objectifs de rentabilité de Bombardier, et en étant plus conservateurs, nous croyons que le titre pourrait valoir plus de 4 $ CA dans quatre ans», dit Kevin Chiang, de Marchés mondiaux CIBC. En actualisant en dollars d'aujourd'hui, il établit sa cible 12-18 mois à 2,25 $.

Fadi Chamoun, de BMO Marchés des capitaux, fait le même exercice, mais avec des anticipations moins élevées. Son scénario de base établit la valeur des différentes entités de Bombardier (après la dette) à environ 3 $ CA en 2020 (cible 12 mois à 1,80 $).

L'évaluation la plus élevée vient de Turan Quettawala, de Banque Scotia, qui croit que, dans un ciel bleu sans nuages, le titre de l'entreprise pourrait bien valoir 6,25 $ en 2019.

Les risques

Cependant, l'analyste figure aussi parmi les plus critiques et souligne que ce scénario a peu de probabilités de se matérialiser. Sa cible 12 mois n'est qu'à 1,75 $.

Bien qu'il juge normal que Bombardier ne fasse pas d'argent grâce à la commande Delta, il se dit préoccupé par la force de l'escompte qui semble avoir été consentie, et se demande si Airbus et Boeing ne réagiront pas en réduisant davantage leurs prix dans l'avenir. «Cette commande aidera Bombardier à gagner de la traction avec le CSeries, mais la question est : à quel prix ?»

Malgré une très nette amélioration du carnet de commandes et le message positif qu'envoie Delta en disant croire à la pérennité de Bombardier, celle-ci soulève aussi toujours des interrogations dans le marché.

La dette nette de Bombardier se situe actuellement à 8,1 fois le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA). Elle devrait baisser à 6,5 fois le BAIIA avec l'aide du gouvernement du Québec au prochain trimestre. C'est un niveau qui reste élevé. «L'entreprise devra refinancer pour environ 3 G$ US de dette de 2018 à 2020. Même si les perspectives pour le CSeries s'améliorent, c'est l'éléphant dans la pièce», note Kevin Chiang.

Fadi Chamoun estime qu'en l'absence du gouvernement fédéral, les perspectives en ce qui concerne les liquidités semblent raisonnables. Mais elles demeurent «hautement vulnérables» à une récession mondiale ou encore à des ennuis ou des délais dans le développement du nouvel avion d'affaires Global 7000/8000.

Le titre de Bombardier a reculé de 23 % depuis un an

Source : Bloomberg

Les recommandations des analystes qui suivent le titre de Bombardier (BBD.B, 1,89 $)

14 Conserver

1 Acheter

1 Vendre

4 Sous-performance

2 Surperformance

Cours cible : 1,72 $

Source : Bloomberg

À la une

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.

L’industrie du droit a besoin de faire les choses autrement

Édition du 08 Mai 2024 | Philippe Jean Poirier

GRANDS DU DROIT. Les cabinets de services juridiques ont été très actifs sur le marché des fusions et acquisitions.