Bombardier : 10 analystes se prononcent


Édition du 07 Novembre 2015

Bombardier : 10 analystes se prononcent


Édition du 07 Novembre 2015

Par Les Affaires

[Photo : Bloomberg]

Dans l'ensemble, les analystes restent pessimistes à l'égard des perspectives de Bombardier, après l'injection de 1,3 milliard de dollars de la part d'Investissement Québec dans une coentreprise consacrée à l'appareil CSeries. Bien que ce capital renfloue les coffres de Bombardier pour environ trois ans, il ne garantit pas la réussite commerciale ni financière de l'avion monocouloir de 125 à 160 sièges.

À lire aussi :
«Le fédéral pourrait sûrement exiger davantage» - Paul Tellier, ex-pdg de Bombardier
Bombardier doit revoir la structure de son capital-actions
Bombardier reçoit beaucoup moins d'aide que ses concurrents dans le monde
Finies les excuses, Bombardier doit respecter ses engagements
Bombardier : des fournisseurs québécois rassurés, pour l'instant
Investisseurs, fuyez les «dilapideurs» de capital à la Bombardier
Bombardier : une nouvelle occasion ?

Les pessimistes David Tyerman, Canaccord Genuity, Toronto

> Son cours cible repasse de 1,10 à 1,40 $*

> Recommandation : conserver

«Notre nouvelle analyse d'une injection potentielle de 1 G$ US par le gouvernement fédéral indique que les actionnaires et les porteurs d'obligations de Bombardier conserveraient environ le tiers des futurs flux de trésorerie de 8 G$ US générés par le CSeries, ce qui réduirait notre cible actuelle à 1,20$. Ces flux iraient aux commanditaires de la société en commandite.»

* Pour calculer son cours cible de 1,40 $, M. Tyerman estime égales les probabilités que le gouvernement fédéral entre au capital du CSeries ou que le gouvernement du Québec investisse seul.

Robert Spingarn, Credit Suisse, New York

> Son cours cible passe de 1,98 à 1,43 $

> Recommandation : neutre

«L'injection de capital réduit la dilution qu'auraient subie les actionnaires dans les premières années de production, mais elle ne change en rien l'ultime sort du CSeries dont le problème fondamental reste l'absence de demande. Nous ne croyons pas que l'appareil puisse être rentable, ce qui élimine toute raison d'investir dans Bombardier.»

Kevin Chiang, Marchés mondiaux CIBC

> Son cours cible reste à 1,75 $

> Recommandation : neutre

«Alain Bellemare [le président] a bien fait d'abandonner le Learjet 85 et de dévaluer certaines plateformes en fonction de leur viabilité économique. Mais le fait que le gouvernement ait eu besoin d'entrer au capital du CSeries signale que l'action de Bombardier n'est pas un placement qui convient à l'investisseur moyen [car sa valeur réelle est incalculable].»

Turan Quettawala, Banque Scotia, Toronto

> Son cours cible passe de 2,00 à 1,50 $

«Le capital de Québec et la radiation de 60 % de la valeur du CSeries permettront à Bombardier de solder ses appareils pour les vendre. Mais Bombardier restera sur la corde raide et aura besoin d'autres capitaux d'ici 12 à 18 mois. Un plan de sauvetage 2.0 reste donc très probable.»

Les neutres Fadi Chamoun, BMO Marchés des capitaux, Toronto

> Son cours cible passe de 1,80 à 1,50 $

> Recommandation : neutre

«L'appui du gouvernement écarte le pire scénario, mais nous croyons que le parcours reste jonché de défis et de risques. Outre les pertes prévues jusqu'en 2020 pour le CSeries, Bombardier doit améliorer les marges de ses avions d'affaires et de ses trains.»

Steve Hansen, Raymond James, Vancouver

> Son cours cible passe de 2,25 à 1,75 $

> Recommandation : neutre

«Bien que les récentes décisions de Bombardier réduisent ses problèmes de liquidités à court terme, nous conseillons la prudence, et ce, parce que la société consommera beaucoup de capitaux au cours des prochaines années, au moment où les perspectives de ses avions d'affaires et de ses trains se détérioreront aussi.»

Tim James, Valeurs mobilières TD, Toronto

> Son cours cible passe de 1,40 à 1,35 $ US

> Recommandation : conserver

«L'injection du gouvernement du Québec et la vente prochaine d'une participation dans Bombardier Transport financeront la mise en service du CSeries, mais ça ne change rien au fait que les actionnaires de Bombardier auront bien peu de bénéfices à se mettre sous la dent au cours des trois prochaines années.»

Les optimistes Walter Spracklin, RBC Marchés des Capitaux, Toronto

> Son cours cible reste à 2 $

> Recommandation : acheter (risque élevé)

«L'injection de Québec procure à Bombardier les liquidités dont elle a besoin à court terme et un partenaire à long terme. Le prix à payer est la dilution des futurs bénéfices du CSeries. C'est un bon compromis qui réduit les risques à court terme qui pèsent sur l'action tout en permettant à Bombardier de participer aux futurs gains potentiels.»

Cameron Doersken, Financière Banque Nationale, Montréal

> Son cours cible passe de 2,00 à 1,75 $

> Recommandation : neutre

«L'injection de capital du gouvernement du Québec et l'essaimage de Bombardier Transport combleront les besoins du CSeries jusqu'à la fin de 2017. Toutefois, il est critique que Bombardier décroche des commandes de taille pour soutenir les coûts de production et aspirer au seuil de la rentabilité en 2020-2021. La bonne nouvelle : l'appui du Québec devrait améliorer la confiance des clients à l'égard du programme.»

Benoit Poirier, Desjardins Marché des capitaux, Montréal

> Son cours cible passe de 3,25 à 2,75 $

> Recommandation : neutre

«Nous aimons les premiers gestes posés par le nouveau président Alain Bellemare, qui devraient améliorer le fonctionnement et la rentabilité au fil du temps. Les liquidités sont suffisantes pour amener le CSeries et les nouveaux Global en production, bien que la société pourrait envisager d'autres solutions pour se mettre en valeur dans l'avenir.»

Les recommandations des analystes qui suivent le titre de Bombardier (Tor., BBD.B, 1,38 $)

14 Conserver

4 Acheter

2 Vendre

Cours cible : 1,72 $

Source : Bloomberg

À lire aussi :
«Le fédéral pourrait sûrement exiger davantage» - Paul Tellier, ex-pdg de Bombardier
Bombardier doit revoir la structure de son capital-actions
Bombardier reçoit beaucoup moins d'aide que ses concurrents dans le monde
Finies les excuses, Bombardier doit respecter ses engagements
Bombardier : des fournisseurs québécois rassurés, pour l'instant
Investisseurs, fuyez les «dilapideurs» de capital à la Bombardier
Bombardier : une nouvelle occasion ?

À la une

Faire partie de la même équipe que Cole Caufield avec Lipsweater

Une start-up montréalaise propose aux mordus du hockey de faire partie du même club que Cole Caufield.

Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto est fermée pour la Fête du Canada.

Twitter: un rendement assuré de 43%?

EXPERT INVITÉ. Le titre de Twitter se négocie à 37,80$US, 43% sous le prix offert par Elon Musk. Pourquoi?