Bell veut reconquérir les clients qui ont abandonné le câble

Publié le 15/05/2017 à 16:39, mis à jour le 16/05/2017 à 06:27

Bell veut reconquérir les clients qui ont abandonné le câble

Publié le 15/05/2017 à 16:39, mis à jour le 16/05/2017 à 06:27

Par Stéphane Rolland

Photo: LesAffaires.com

Bell a dévoilé son offensive contre le «cord cutting». Avec Alt Télé, son service de télévision en direct sur le Web, la société de télécommunication espère reconquérir les téléspectateurs qui se sont désabonnés du câble, explique George Cope, PDG de BCE, la maison-mère de Bell, en marge d’une présentation devant le Cercle canadien de Montréal.

Dans les grandes lignes, Alt Télé est similaire à l’abonnement à la télévision câblée. En se connectant à la télévision par le biais d’une application Web, l’utilisateur n’a pas à installer un décodeur et peut regarder ses émissions sur toutes les plateformes. Le forfait de base coûte 14,95$, comparativement à 25$ pour son service traditionnel.

L’accès aux chaînes spécialisées, pour sa part, coûte entre 27,95$ et 90,95$ par mois, selon le nombre de chaînes incluses au forfait. À ce prix, les clients qui ont délaissé le câble devraient revenir, croit le PDG. «Comme nous n’avons pas à fournir le décodeur, l’abonnement nous coûte moins cher et nous voulons passer cette économie aux consommateurs», explique M. Cope. 

L’offensive survient au moment où les téléspectateurs délaissent en masse la télévision payante par satellite ou par câble pour se tourner vers la diffusion en ligne. Près de 220000 Canadiens auraient pris cette décision en 2016, selon Convergence Research Group. La firme anticipe que 247000 personnes feront de même en 2017.

Malgré ce vent contraire, BCE a continué d’accueillir de nouveaux clients à la télévision IP lors de ses plus récents résultats. Au premier trimestre, l'entreprise a ajouté 22000 nouveaux clients. C’est la moitié des 48000 à la même période l’an dernier.

«La direction a attribué le ralentissement de la croissance à la maturité de l’industrie, ce avec quoi nous sommes d’accord, commente Alex Zhao, de Morningstar. Par contre, avec Rogers qui a retardé le lancement de la télévision IP à 2018, nous croyons que BCE est en bonne posture pour protéger ses parts de marché, mais à un rythme plus lent. »

Netflix est souvent identifié comme le principal concurrent de la télévision traditionnelle. Un abonnement à ses services coûte entre 7,99$ et 11,99$, un prix bien plus modeste que la télévision payante pour ceux qui acceptent de se passer du direct. Autre exemple, la plateforme Tout.tv de Radio-Canada permet également aux téléspectateurs de voir les émissions de la télévision nationale sans passer par le câble ou le satellite.

En point de presse, M. Cope a assuré que la légalité du format d’Alt Télé ne devrait pas être mise en doute devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). BCE ne devra pas renégocier ses redevances avec les producteurs de contenus, assure le dirigeant. Du point de vue réglementaire, le service n’est pas différent de l’abonnement à Bell Télé Fibe, selon lui. «C’est la même chose, sans le décodeur » résume-t-il.

À la une

Attention avec la révolution des «Top Guns»

EXPERT. Ne rêvons pas en couleur. Rappelons-nous que la classe managériale n’a pas toutes les réponses à nos problèmes

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé, attentisme avant Nvidia

Mis à jour il y a 15 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse.

Les nouvelles du marché du mercredi 22 mai

Mis à jour à 08:49 | Refinitiv

Power Corporation ferme son unité chinoise et licencie du personnel.