Banques : une course à trois aux États-Unis


Édition du 07 Novembre 2015

Banques : une course à trois aux États-Unis


Édition du 07 Novembre 2015

Par Dominique Beauchamp

[Photo : iStock]

Avec l'achat record de la californienne City National, pour cinq milliards de dollars, la Banque Royale tente de nouveau sa chance aux États-Unis, comme l'ont fait Banque BMO et Banque TD avant elle. Ces trois banques cherchent à diversifier leurs sources de revenus, au moment où l'économie et l'immobilier canadiens ralentissent. La Banque Royale a payé un prix élevé pour une banque dont le bilan sous-endetté recèle beaucoup de potentiel, dit Sohrab Movahedi, de BMO Marchés des capitaux. Ses rivales ont une longueur d'avance et génèrent déjà un rendement de 0,40 à 0,45 % sur leur actif américain. La Banque Royale aura fort à faire pour les rejoindre, croit l'analyste. Le rendement de l'actif déterminera le gagnant de cette course à trois au sud de la frontière. La Banque Royale aura tiré des leçons de l'achat de Centura Banks en 2001. L'aventure s'est terminée par une radiation de 1,6 G$ 11 ans plus tard, en 2013.

L'empreinte américaine des cinq plus grandes banques canadiennes

Banque / Proportion de ses actifs aux États-Unis

Banque BMO / 34 %

Banque TD / 34 %

Banque Royale / 27 %

Banque Scotia / 15 %

Banque CIBC / 7 %

Source : BMO Marchés des capitaux

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.