Apple et la malédiction du Dow Jones

Publié le 29/04/2016 à 09:11

Apple et la malédiction du Dow Jones

Publié le 29/04/2016 à 09:11

Par Jean Gagnon

Il y a un an Apple(Nasdaq, AAPL) faisait son entrée dans le célèbre indice Dow Jones. Le titre se négociait alors à 130$US. Mais depuis, le cours de l’action est tombé de près de 27%. Il est passé cette semaine sous la barre des 100$US et semble maintenant en proie à une dangereuse tendance baissière.


Ce n’est pas la première fois qu’un titre en arrache après avoir joint le groupe de 30 sociétés dont on dit qu’elles représentent le mieux l’économie américaine. Y aurait-il une malédiction attachée au fait d’être invité à se joindre au groupe sélect?


Les chiffres sont inquiétants. Depuis 1999, 16 sociétés ont été ajoutées à l’indice. Il s’agit évidemment de substitutions d’une entreprise par une autre, car l’indice n’excède jamais 30 titres. Durant les 12 mois suivant leur inclusion dans l’indice, ces 16 titres ont réalisé un rendement médian de 0,8% comparativement à un rendement d’environ 8% pour l’ensemble du marché, estime Richard Moroney de Horizon Investment Services LLC, en entrevue à Bloomberg.


Selon lui, ce phénomène s’explique ainsi: lorsqu’une société est invitée à se joindre au Dow Jones, le sentiment envers le titre est déjà très positif et le cours de l’action est généralement très élevé.


Après un an au Dow Jones, le cours de l’action d’Apple réussira-t-il à conjurer le mauvais sort et rebondir comme il l’a déjà fait par le passé? Les avis sont partagés.


Le 5 août dernier sur ce site, Dennis Mark, analyste technique chez Financière Banque Nationale, se montrait déjà inquiet. À la question «le titre d’Apple a-t-il frappé le mur?», il répondait probablement que oui: «Historiquement, lorsqu’une compagnie atteint une capitalisation boursière dans les 700 à 800 milliards de dollars, cela signifie généralement que la croissance touche un plafond», disait-il.


À la même question aujourd’hui, Monica Rizk, analyste senior chez Phases & Cycles et spécialiste de l’analyse technique, répond: «Tout dépendra de sa capacité à se maintenir au-dessus du niveau de 92-93$US, soit le bas touché lors des creux de marché en août et février dernier. C’est la ligne dans le sable qu’il ne faut pas traverser, si non la baisse pourrait être substantielle», dit-elle.


Il faudra aussi que s’arrête la chute des revenus, explique Mark Lin, gestionnaire de portefeuilles chez CIBC Gestion d’actifs. «Apple est généralement propulsée par le cycle du iPhone et celui-ci semble s’être raccourci», dit-il.


La firme de Cupertino arrive généralement avec un nouveau produit tous les deux ans à l’automne. Mais après un an et demi, le cycle de l’iPhone 6 semble maintenant bien terminé comme le reflète la chute des revenus de plus de 10% au cours du dernier trimestre.


Par ailleurs, certains gestionnaires ayant un vue à long terme conservent leur enthousiasme pour le titre. À la suite du repli du cours de l’action, le potentiel de rendement en fonction du risque est maintenant nettement en faveur des acheteurs, explique Pierre Trottier, gestionnaire de portefeuilles en actions américaines à l’Industrielle Alliance. «Il faut être patient et attendre le lancement de l’iPhone 7 qui devrait stimuler la demande pour les actions d’Apple», dit le gestionnaire, assurant qu’il va conserver ses actions.


Plusieurs facteurs demeurent positifs, selon lui. Apple verse maintenant un dividende plutôt généreux de 2,3%, et le titre n’est pas très dispendieux à 11,5 fois les bénéfices prévus pour les prochains 12 mois. De plus, des rachats d’actions massifs par la compagnie devraient soutenir le cours du titre.


Pour certains, c’est même une belle occasion qui s’offre à eux. «Pour nous, en tant qu’investisseur à long terme, la faiblesse actuelle du titre constitue une belle occasion d’achat», dit Jean Duguay, directeur des placements pour le Groupe Eterna. Bien qu’il estime un risque de baisse jusqu’à 80-82$US si les ventes continuent de baisser, il croit que le lancement de l’iPhone 7 à l’automne va générer une appréciation très intéressante du titre.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Ces sept applis pour montres connectées vous feront oublier votre téléphone

16/05/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Profitez du plein air pour décrocher… ou pour être plus exact, pour raccrocher.

Lightspeed, Spotify, AWS et l'infonuagique

BLOGUE INVITÉ. Avec l'aide de l'informatique en nuage, de nombreux biens sont devenus des services.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.