Alphabet digère facilement l'amende européenne mais...

Publié le 24/07/2017 à 17:04

Alphabet digère facilement l'amende européenne mais...

Publié le 24/07/2017 à 17:04

Sundar Pichai, PDG. (Getty)

Alphabet (Google) a publié lundi un bénéfice net en forte baisse, à 3,52 milliards de dollars au deuxième trimestre, plombé par l'amende de 2,7 milliards de dollars infligée par l'Union européenne, mais qui est supérieur aux attentes des analystes.


Le bénéfice par action d'Alphanet ressort à 5,01 dollars contre 4,83 dollars attendus. Sans tenir compte de l'amende, le bénéfice net est de 6,26 milliards (contre 4,9 milliards à la même période l'an dernier), soit 8,9 dollars par action, là aussi meilleur qu'attendu. Le chiffre d'affaires est aussi meilleur que prévu, à 26 milliards de dollars (+21%).


La société mère de Google a inscrit à ses résultats financiers du plus récent trimestre une dépréciation de 2,7 milliards $ US pour couvrir une amende qui lui a été imposée en juin par les autorités antitrust de l'Union européenne.


En comparant les semestres, Alphabet n'accuse qu'une baisse de 1,48% de son bénéfice par rapport à la même période en 2016, et ce malgré l'amende colossale de l'Europe.


Même si le géant des moteurs de recherche sur internet peut facilement se permettre d'allonger une telle somme, l'amende fait toutefois planer une certaine incertitude quant à l'habileté de l'entreprise à pouvoir poursuivre librement ses activités sur le continent.


Le jugement de la Commission européenne a reproché à Google d'avoir usé de sa position dominante sur le marché pour diriger injustement ses visiteurs vers son service de magasinage comparatif, Google Shopping, au détriment de ses rivaux.


Alphabet envisage toujours de porter la décision en appel. Mais des années pourraient s'écouler avant qu'elle n'obtienne une décision de la Cour de justice de l'Union européenne.


Par ailleurs, Google est citée dans plusieurs autres dossiers antitrust en Europe. La société pourrait se voir imposer d'autres amendes si elle ne modifie pas la façon dont elle affiche Google Shopping dans ses pages de résultats d'ici la fin septembre.


Sur le Nasdaq, l'action GOOGL perdait 3,2% à 966$ dans les échanges électroniques d'après-séance, prenant ainsi ses distances avec le cap symbolique des 1000 dollars.


Notons que les clics sur des publicités, qui génèrent pour Google d'importants bénéfices, ont progressé de 52% sur un an mais le coût moyen d'un clic pour un publicitaire a toutefois baissé de 23%.


La filiale Google apporte l'essentiel des revenus d'Alphabet, avec un bénéfice d'exploitation de 7,8 milliards de dollars, contre près de 7 milliards au deuxième trimestre 2016, et un chiffre d'affaires de 25,8 milliards de dollars, en hausse de 21% par rapport aux 21,3 milliards de l'an dernier.


Les paris futuristes d'Alphabet (investissements dans la santé, les voitures autonomes, l'internet par montgolfière…) ont généré un chiffre d'affaires de 248 millions (contre 185 l'an dernier) mais enregistré une perte opérationnelle de 772 millions, un peu réduite par rapport à l'an dernier (855 millions).


 


image

Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril

Sur le même sujet

Attention investisseurs indiciels, branle-bas de combat en vue

S&P Dow Jones et MCSI rebrassent les cartes de leurs indices, ce qui pourrait influer vos choix de fonds sectoriels.

10 choses à savoir jeudi

16/11/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

Loblaw livrera votre épicerie en 1h, cet homme qui a «volé» la tête à Bezos, des Couche-Tard de luxe pour Tesla?

À la une

Ventes agressives: Bell n'en a trouvé aucune preuve

«Un tel comportement serait tout à fait contraire aux valeurs de Bell», se défend l’opérateur canadien.

La France veut devenir une «startup nation»

Voici l'ambitieux plan de match de Paris pour stimuler la création d'entreprises et d'emplois en France.

Bourse: la nouvelle prévision audacieuse du stratège de BMO

15:38 |

BLOGUE. Son pronostic a de quoi attirer l'attention.