À surveiller: Shopify, CGI et Weston

Publié le 30/07/2020 à 08:32

À surveiller: Shopify, CGI et Weston

Publié le 30/07/2020 à 08:32

Par Dominique Beauchamp

Photo: La Presse canadienne

Que faire avec les titres de Shopify, CGI et George Weston? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Shopify (SHOP, 1401,23$): un trimestre «épique», tout comme son action 

David Hynes de Canaccord Genuity exprime bien la frustration de bien des investisseurs envers la coqueluche du commerce en ligne

La croissance exceptionnelle du fournisseur de solutions omni-canal de bonnes chances de durer, mais il est presque inconcevable de recommander un titre qui s’échange à un multiple tout aussi spectaculaire de 36,5 fois les revenus prévus en 2021.

«Nous croyons toujours que la recommandation de conserver le titre est la bonne posture à adopter, mais nous aimerions ne pas avoir pris cette position il y a trois mois», déplore l’analyste.

Il n’est pas encore clair aujourd’hui ce qui ramènera le titre sur terre pour en faire un achat, ajoute David Hynes, mais il suggère trois possibilités: l’inévitable modération du rythme des ventes totales réalisées par les marchandes sur sa plateforme, de possibles pressions économiques sur la capacité dépensière des consommateurs ou tout bonnement un taux de croissance difficile à soutenir.

Une déception par rapport aux attentes trop élevées, et non une mauvaise performance par la société, offrira donc une nouvelle occasion d’acheter le titre. Dans l’intervalle, «la meilleure chose à faire est d’attendre», dit-il.

Il est nettement plus clair que le virage en ligne prend de la vigueur rapidement. Le rythme pourrait se stabiliser après la pandémie, mais ne risque pas de se renverser, fait aussi valoir l’analyste.

Le nombre de nouveaux magasins sur la plateforme a explosé de 71%, en partie grâce à l’offre d’essai gratuite de 90 jours au lieu de l’habituel 14 jours, mentionne David Hynes. Cette promotion a pris fin en mai.

La société d’Ottawa convertit un moins grand nombre de ces nouveaux marchands en clients payants, mais le taux de rétention global devrait être satisfaisait étant donné que plusieurs nouveaux clients sont de grandes entreprises qui veulent vendre directement aux consommateurs, explique l’analyste.

Si la marge d’exploitation «ajustée» de 16% du trimestre donne un avant-goût du levier de rentabilité potentiel de la société, David Hynes s’attend plutôt à ce que cette dernière exploite sa force de frappe pour investir davantage dans ses projets de plus longue haleine dont sa propre infrastructure d’approvisionnement.

Shopify Capital a aussi fourni des avances de fonds et des prêts de 153 millions aux marchands, soit 65% de plus d’un an plus tôt, précise l’analyste.

David Hynes hausse son cours cible de 940$ à 1340$, un objectif inférieur au cours actuel.

 

Groupe CGI (GIB.A, 93,34$): trois raisons de reconsidérer le titre


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street avance, Apple et Microsoft en forme

Mis à jour à 10:21 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street progressait lundi à l'ouverture, portée par la hausse des grandes valeurs technologiques.

À surveiller: Couche-Tard, Cominar et Toromont

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Cominar et Toromont? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

À surveiller: Couche-Tard, Cominar et Toromont

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Cominar et Toromont? Voici quelques recommandations d'analystes.

Avec le rachat géant de Speedway, 7-Eleven met le turbo aux États-Unis

08:51 | AFP

7-Eleven a annoncé lundi un accord pour acquérir la chaîne américaine de stations-service Speedway pour 21G$US.

Investisseurs, méfiez-vous de l'indice S&P500!

CHRONIQUE. C'est que ce «prestigieux» indice boursier est néfaste aux entreprises qui y figurent, selon une étude.