À surveiller: Rogers, Aritzia, et MTY

Publié le 14/10/2021 à 10:00

À surveiller: Rogers, Aritzia, et MTY

Publié le 14/10/2021 à 10:00

Par Dominique Beauchamp

Joe Natale a survécu au putsch d'un membre de la famille Rogers et en ressort renforcé, croit un analyste. (Photo: 123rf)

Que faire avec les titres de Rogers, Aritzia et MTY? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Rogers Communications (RCI.B, 58,40 $): une occasion d’achat maintenant que le PDG a passé le test

Vince Valentini de TD Valeurs mobilières prend le contrepoids d’autres collègues au sujet de la tentative par Edward Rogers, le président du conseil de Rogers, de déloger le président Joe Natale pour y installer le directeur financier, qui a depuis quitté son poste.

Sa sœur et les administrateurs indépendants s’y seraient opposés selon les faits confidentiels rapportés dans les médias torontois.

L’analyste avance que le PDG a passé le test et en ressort bien en selle. «Nous sommes confiants que le processus est terminé et que Joe Natale dispose un mandat clair de la majorité du conseil pour naviguer la reprise, réaliser l’achat de Shaw et l’intégrer», écrit-il.

Il juge raisonnable de la part du conseil d’exiger que ses dirigeants «excellent». Le dénouement des récents événements devrait être bénéfique puisque l’équipe de direction sera «très motivée à livrer de bons résultats», évoque Vince Valentini.

À ses yeux, la bataille interne et le recul de 13% du titre depuis le 20 juillet offrent une «excellente occasion» aux investisseurs d’acheter le titre de la société dont les résultats devraient reprendre du mieux.

«Rien n’a changé depuis deux semaines à propos de la transaction de Shaw ni les actifs de Rogers», renchérit-il.

Vince Valentini énumère six raisons de croire que le troisième trimestre, attendu le 21 octobre, sera le premier de plusieurs qui redonneront un nouvel élan au titre.

La réouverture de la frontière canado-américaine devrait entre autres raviver les revenus d’itinérance sans-fil qui étaient de l’ordre de 200 M$, avant la pandémie.

Rogers devrait aussi bénéficier du retour à la normale de l’immigration et de l’arrivée d’étudiants en 2022. L’analyste mentionne aussi les efforts de la société pour améliorer la qualité de ses abonnés sans-fil en priorisant ceux qui veulent migrer sur un réseau 5 G. Le retour des partisans aux sports en direct devrait aussi redresser la filiale des médias et des sports.

À la mi-2022, on devrait aussi en savoir plus sur ce que Rogers compte faire de tous ses actifs (incluant ses actions de Cogeco et Freedom Mobile), son plan pour réduire sa dette et la génération de flux de trésorerie après l’intégration de Shaw.

Son cours cible de 74 $ offre un potentiel de 30% incluant le dividende de 3,4%.

Page suivante — Aritzia (ATZ, 40,54 $): un trimestre record, mais les coûts montent et l’évaluation est riche

Sur le même sujet

À surveiller: Aritzia, Dorel et Lion Électrique

12/10/2021 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres d'Aritzia, Les Industries Dorel et Lion Électrique? Voici des recommandations d’analystes.

À surveiller: Aritzia, Savaria et Stelco

Que faire avec les titres d'Aritzia, Savaria et Stelco? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Un patron qui veut son bien

Édition de Octobre 2021 | Denis Lalonde

BILLET. La fermeture du capital d'Exfo n'a pas permis de créer un maximum de valeur pour les actionnaires.

Le risque crypto pèse plus sur la Bourse qu’on ne le croit

Il y a 11 minutes | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les cryptos se montreraient contagieuses s’infiltrant dans les placements et les trésoreries.

À surveiller: Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley

10:45 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley? Voici quelques recommandations d'analystes.