À surveiller: Richelieu, Banque Scotia et Wajax

Publié le 28/01/2020 à 07:58

À surveiller: Richelieu, Banque Scotia et Wajax

Publié le 28/01/2020 à 07:58

Par Dominique Beauchamp

Photo : 123rf.com

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Banque Scotia et Wajax? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Quincaillerie Richelieu (RCH, 28,61$): l’évaluation freine le potentiel d’appréciation à court terme

Au cours actuel, l’action du distributeur de quincaillerie architecturale reflète tous ses bons coups au moment où ses revenus ne croissent pas, sans l’effet des acquisitions.

Les ventes aux magasins de déco-rénovation et aux manufacturiers de l’Ouest canadien déclinent.

Ces deux segments resteront affaiblis toute l’année, croit Hamir Patel, de CIBC Marchés des capitaux.

«Bien que Richelieu bénéficiera de ses efforts en matière d’innovation, des gains de parts de marché et des acquisitions, ce potentiel est déjà incorporé au titre», explique-t-il aussi.

L’analyste maintient donc sa recommandation neutre et le cours-cible de 30$ qu’il avait établis à l’amorce du suivi de la société, le 12 janvier dernier.

Cet objectif repose sur un multiple de 13,7 fois le bénéfice d’exploitation de 123 millions de dollars attendu en 2021, auquel il ajoute l’encaisse.

«Le multiple est 1,5 fois plus élevé que celui auquel s’échangent ses semblables américains, mais la part de marché dominante de Richelieu au Canada, un pipeline d’acquisitions robuste et le retour systématique de capitaux aux actionnaires justifient cette plus-value», fait-il valoir.

Les perspectives du marché de la construction et de la rénovation s’améliorent aux États-Unis grâce à la rechute de 4,5 à 3,6% des taux hypothécaires américains. En décembre, les mises en chantier ont crû de 41% à un rythme annuel de 1,6 million, un sommet de 13 ans, précise-t-il.

Puisque les dépenses de rénovation s’activent généralement de 12 à 15 mois les mises en chantier, on peut espérer une reprise en 2021, dit-il.

La rénovation procure à Richelieu la moitié de ses revenus, mais on ne peut pas faire abstraction du recul des ventes aux détaillants, depuis deux trimestres.

M. Patel a d’ailleurs réduit ses prévisions pour le bénéfice d’exploitation de 22 à 19 M$ pour le prochain trimestre, après le dévoilement des résultats du quatrième trimestre.

Les ventes aux détaillants canadiens ont baissé de 5,6%, celles aux détaillants américains de 26%, au quatrième trimestre. Lowe’s Canada a notamment fermé 34 magasins.

M. Patel s’attend à ce que les ventes aux détaillants se redressent légèrement (0,3%) en 2021 après un déclin de 3,3% prévu pour 2020.

Richelieu souffre aussi de la récession dans l’Ouest canadien, une région qui représente 10% de ses ventes aux manufacturiers.

En revanche, M. Patel a accru ses prévisions pour le bénéfice d’exploitation pour 2020 et 2021 pour tenir compte des sept acquisitions bouclées ou en cours.

Ces transactions, six au Canada et une septième aux États-Unis, ajouteront 60 millions de dollars aux revenus annuels, soit 5,8% du chiffre d’affaires, évalue-t-il.

«En un seul trimestre, ces achats ajouteront davantage aux revenus que la moyenne annuelle des transactions depuis cinq ans», dit-il.

Banque Scotia (BNS, 73,27$): des objectifs ambitieux à court et à moyen terme

Sur le même sujet

Une ancienne de la Banque du Canada au CA de la Banque Scotia

Mme Patterson a été sous-gouverneure de la banque centrale de 2014 jusqu’à sa retraite, en 2019.

Les banques veulent pallier les mauvaises créances

Les banques canadiennes continuent de mettre de côté d’importantes sommes afin de pallier les mauvaises créances.

À la une

À surveiller: Air Canada, BlackBerry, Fortis

Que faire avec les titres d'Air Canada, BlackBerry et Fortis? Voici quelques recommandations d’analystes.

Nathalie Normandeau est acquittée

Mis à jour il y a 38 minutes | La Presse Canadienne

Les délais déraisonnables justifient cette décision d'un juge de la Cour du Québec.

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.