À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

Publié le 15/12/2018 à 09:24

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

Publié le 15/12/2018 à 09:24

Par François Pouliot
La tour de RBC

[Photo: Romeo Mocafico]

Que faire avec les titres de la Banque Royale, Canadian Tire et Champion Iron Ore? (Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.  Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

Banque Royale (RY, 94,32$): hausse de recommandation

Valeurs mobilières TD hausse sa recommandation de «conserver» à «achat».

Mario Mendonca indique que sa recommandation antérieure était basée sur une évaluation relative moins attrayante, une exposition plus faible aux activités de détail aux États-Unis et un ratio de capitalisation (CET1) plus faible que l'industrie.

L'analyste dit cette fois qu'en période d'incertitude sur les marchés, il aime la force du marché intérieur (canadien) de la banque et la diversification de son modèle d'affaires. Même s'il dit continuer de croire que le marché bancaire américain est solide, en période d'incertitude élevée (crédit, risque de marché, etc.), il préfère la résilience du marché intérieur.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Il souligne qu'au cours des 15 dernières années, la Royale a constamment livré des résultats supérieurs à ceux de l'industrie, avec une croissance du bénéfice par action 67% du temps supérieure à celle des pairs.

M. Mendonca souligne que l'institution vient également de terminer l'année avec un ratio de capitalisation sur la moyenne de l'industrie.

En appliquant une prime de multiple de 5% sur les comparables, et précisant que dans les 5-10 dernières années la prime a été de 4,5%, il obtient une cible à 115$.

Le dividende est à 3,92$ (4,1%).

À la une

Le marché des PAPE est en feu

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes fort probablement à un haut du cycle et la récréation pourrait bien prendre fin.

Immobilier: l'accessibilité recule au Québec

13:17 | Les Affaires - JLR

Au cours du mois de mars, le marché immobilier québécois est demeuré un défi pour les acheteurs.