À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

Publié le 06/04/2019 à 08:25

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

Publié le 06/04/2019 à 08:25

Par lesaffaires.com

Metro (MRU, 50,55$): solide deuxième trimestre en vue

L’épicier et pharmacien devrait bénéficier d’une conjoncture favorable au deuxième trimestre grâce au retour de l’inflation alimentaire. 

Metro laisse aussi derrière elle l’effet maximum de la hausse du salaire minimum, explique Michael Van Aelst, de TD Valeurs mobilières.

L’analyste prévoit une hausse de 32% du bénéfice à 0,62$ par action. Il rappelle toutefois que les résultats de l’an dernier sont peu comparables étant donné que Metro a vendu ses actions d’Alimentation Couche-Tard et acquis le Groupe Jean Coutu.

L’analyste s’attend à une croissance de 4% des ventes des épiceries comparables, grâce à une hausse de 2,5% du panier moyen.

M. Van Aelst attribue le meilleur pouvoir d’imposer des prix plus élevés au fait que la superficie des supermarchés augmente moins vite que la croissance de la population, dans l’industrie.

Suivez beauchamp_dom sur Twitter

Les pharmacies devraient accroître les ventes de marchandises comparables de 3,2%. Les ordonnances croîtront de seulement un pourcent à cause du recul de 1,4% des prix des médicaments génériques imposé par les gouvernements.

M. Van Aelst prévoit un bond de 43% du bénéfice d’exploitation en raison de l’acquisition de Jean Coutu. La même mesure pour l’alimentation seulement sera de 2 à 3% parce que Metro dépense plus que de coutume. 

Pour 2019, l’inflation alimentaire, le retour d’un rythme plus normal de dépenses et les synergies devraient produire une hausse de 8 à 12% du bénéfice par action.

Le pire de la hausse des frais de transport et des tarifs d’importation est aussi passé. 

L’analyste rappelle aussi que les économies de l’intégration Jean Coutu devraient atteindre 40M$ en 2019, par rapport à 7M$ en 2018. Des revenus additionnels de 25M$ sont aussi attendus de la vente croisée de produits alimentaires et de santé-beauté, de l’expansion des marques privées et de l’ajout des pharmacies Brunet de Metro aux ventes du fournisseur de médicaments Pro Doc.

Même si les dépenses en immobilisations atteignent un record de 450M$ en 2019, l’épicier devrait tout de même raviver le rachat de ses actions maintenant que sa dette est revenue dans sa zone de confort.

Après un bond de 28% depuis la mi-octobre, Metro s’échange à un multiple supérieur à sa moyenne depuis cinq ans, d’où sa recommandation de conserver le titre. Son cours cible reste à 51$.

Une évaluation plus élevée est possible si les investisseurs cherchent éventuellement refuge dans les épiciers dans un ralentissement économique ou une récession, mais M. Van Aelst rappelle que le multiple a rarement dépassé 17,5 fois, dans le passé.

 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

À surveiller: WSP, Cascades et Boyd

Que faire avec les titres de WSP Global, Cascades, et Boyd? Voici quelques recommandations d'analystes.

Titres en action: Apple, Boeing, Tesla...

06:49 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

Le budget fédéral rate de 14 G $ la cible pour 2018-2019

C'est un troisième manque à gagner de plus de 10 milliards $ en autant d’années.

Importante intervention technique de la Fed de New York

14:24 | AFP

Un « tsunami » de facteurs techniques avait poussé la demande de fonds à la hausse et que les taux avaient dérapé.

Les ventes manufacturières ont reculé en juillet au Canada

Des reculs ont notamment été observés du côté de la transformation des métaux et du secteur automobile.