À surveiller: Héroux-Devtek, Savaria et Shopify

Publié le 10/09/2019 à 07:54

À surveiller: Héroux-Devtek, Savaria et Shopify

Publié le 10/09/2019 à 07:54

Par Dominique Beauchamp

Shopify (SHOP, 358,67$US): un demi-milliard pour automatiser ses futurs centres de distribution

La coqueluche du commerce électronique Shopify acquiert la start-up de l’automatisation des entrepôts 6 River Systems pour 450 millions de dollars américains, un prix qui équivaut à 15 fois la valeur des contrats de 30M$ US prévus en 2020.

La transaction s’effectuera 60% au comptant et 40% par échange d’actions, précise David Hynes, de Canaccord Genuity.

6 River a été formée en 2015 par d’ex-employés de Kiva Systems qui a été avalée par le géant Amazon (AMZN, 1831,35$US) en 2012.

Cet achat cadre avec la nouvelle ambition de Shopify d’implanter d’ici cinq ans son propre réseau de distribution afin que les marchands de sa plateforme puissent livrer leurs marchandises en deux jours et moins à l’aide des plus récentes technologies, dont le robot autonome Chuck de 6 River.

La société d’Ottawa a prévu de consacrer un milliard de dollars américains à son réseau de traitement des commandes.

Les équipements de 6 River se retrouvent déjà dans une vingtaine d’installations aux États-Unis, au Canada et en Europe, dont celles de DHL, CSAT Solutions, XPO Logistics et Office Depot.

L’achat n’ajoutera pas aux revenus de Shopify en 2019, mais il augmentera les dépenses d’exploitation de 10M$US au quatrième trimestre.

«À 20 fois les revenus attendus en 2020, Shopify est toujours aussi chèrement évaluée. Nous continuons néanmoins de croire que la société a le potentiel de générer des revenus de 100 milliards (G)$US d’ici 6 à 8 ans», indique M. Hynes.

Les investisseurs capables de tolérer la volatilité d’un titre à «forte croissance» devraient le considérer comme un «placement charnière» en portefeuille dans le secteur de la technologie, ajoute l’analyste.

«Les investisseurs qui ont déjà des actions peuvent envisager d’en acheter d’autres lorsque le titre faiblit en Bourse», dit-il.

M. Hynes ne touche pas à son cours-cible de 385$US, soit un multiple de 22 fois les revenus de 2G$US prévus en 2020, plus l’encaisse de 1,75G$US.

Les revenus totaux devaient atteindre 1,5G$US en 2019,

 

Sur le même sujet

Boeing sommé de faire preuve de réalisme sur le retour en service du 737 MAX

12/12/2019 | AFP

Le patron de la FAA « craint que Boeing ne continue de poursuivre un calendrier de retour en service irréaliste».

Crise du 737 MAX: les passagers méfiants face à l'appareil de Boeing

12/12/2019 | AFP

Environ 20 % des 2 135 personnes interrogées seraient prêtes à prendre l’avion dès qu’il pourra voler.

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour il y a 39 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

06:49 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

12:28 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?